Comment violer le principe de séparation au nom de la laïcité

La proposition de loi déposée au Sénat par Mme Françoise LABORDE (RDSE) a fait l’objet d’amendements de M. Alain Richard (PS), tous adoptés par la commission des lois. Le débat a commencé le 7 décembre au Sénat.

La proposition initiale visait à réaffirmer le principe de laïcité, suite à l’affaire récente de la crèche Baby-Loup. On rappelle néanmoins que la Cour d’appel de Versailles a confirmé la validité du règlement intérieur de cette crèche privée, imposant à ses salariés la neutralité religieuse.

Toutes les dispositions proposées à l’origine n’étaient pas exemptes de défauts. Mais le pire est venu des amendements présentés par Alain Richard, et adoptés.

Ainsi serait étendue aux crèches confessionnelles la notion de « caractère propre », qui ne s’applique qu’au seul enseignement scolaire. Or ce principe a été inventé de toutes pièces par le Conseil Constitutionnel pour justifier le subventionnement public de l’enseignement privé sous contrat : c’est de ce fâcheux précédent que se réclame explicitement Alain Richard.

Mais le diable est dans les détails : serait explicitement introduite la possibilité pour les collectivités publiques de subventionner les crèches confessionnelles – ce que fait d’ailleurs la Mairie de Paris avec les crèches intégristes Loubavitch. La condition vertueusement posée « en contrepartie », d’« accueillir tous les enfants, sans distinction d’origine, d’opinion ou de croyance » ne saurait masquer cette atteinte supplémentaire au principe de séparation.

Cette remise en cause, venant de la gauche, est préoccupante : « se faisant un paravent du manteau » de la laïcité, elle fait suite à celle du Conseil d’État (arrêts du 19 juillet 2011). L’UFAL réaffirme que la laïcité ne peut se concevoir sans l’application intégrale du principe de séparation proclamé par l’article 2 de la loi de 1905 : « la République ne reconnaît, ne salarie, ni ne subventionne aucun culte. ».

Print Friendly, PDF & Email

Au sujet de l’auteur

L'Union des FAmilles Laïques est un mouvement familial qui défend la laïcité, une vision progressiste et non familialiste de la famille, la protection sociale et les services publics, le féminisme, l'école républicaine, le droit au logement et l'écologie