Université Populaire Laïque 2019

En 2019, l’Université Populaire Laïque (UPL) de l’UFAL s’est installée à Lille. Du 30 mai au 2 juin, l’UFAL a invité ses adhérents et ses sympathisants à 3 journées bien remplies de travail militant, de convivialité et d’échanges. L’UFAL a également fêté ses 30 ans d’existence.

Comme lors des éditions précédentes, le programme des conférences a vu alterner des responsables de l’UFAL et des invités. Une large place a été faite aux échanges sur les principaux thèmes de notre activité : Famille, Laïcité, Santé-Protection sociale, Féminisme, École, Développement écologique et social, Jeunesse, Logement…

L’évènement est terminé : merci à toutes celles et ceux qui sont venus, nombreux, à Lille assister à nos conférences et tables rondes ainsi qu’à nos intervenants et invités venus parfois de très loin pour apporter leur savoir et expertise. Un grand merci (et bravo) également à Mittel Orchestra pour leur fabuleux concert de Klezmer le vendredi soir ; à l’auberge de jeunesse Stéphane Hessel et à l’Espace Marx pour leur chaleureux accueil ; à Liberté Hebdo pour le partenariat fructueux ; à la Fondation du Grand Orient de France ainsi qu’au Fond pour le Développement de la Vie Associative (FDVA 2) du Nord pour leur soutien financier et à Davaine pour ses somptueux petits fours.

Rendez-vous en 2021 pour la prochaine Université Populaire Laïque et n’hésitez pas à vous inscrire à notre newsletter pour recevoir toutes les infos de l’UFAL.

Avec le soutien de la Fondation du Grand Orient de France
www.fondation-godf.org

Le journal lillois partenaire de l’Université Populaire Laïque
Avec le soutien du FDVA NORD

Au cours de l’UPL, 7 retransmissions vidéos en direct ont été réalisées ; il vous est toujours possible de les visionner sur le site Facebook de l’UFAL : https://www.facebook.com/pg/UFAL.org/videos/

Jeudi 30 mai/Maison Stéphane Hessel

  • 14h – 17h : accueil des participants
  • 17H – 19h plénière 1 : Réforme des retraites, la mère de toutes les batailles sociales par Olivier Nobile. Le gouvernement Macron a entrepris la plus importante et la plus cohérente remise en cause du modèle social français hérité du Conseil National de la Résistance : réforme du code du Travail, suppression progressive de la cotisation sociale, CICE, prime d’activité, durcissement de l’assurance chômage … La réforme des retraites annoncée pour la fin 2019 est le point d’orgue de ce projet néo-libéral imposé par les traités de l’Union européenne et souhaité par le MEDEF.
Olivier Nobile et Christian Gaudray lancent les premiers débats de l’UPL
  • 19h : inauguration de l’UPL
  • 21h conférence : Marx et l’écologie par Henri Pena-Ruiz. Philosophe et écrivain, Henri Pena-Ruiz a consacré ses travaux aux différents registres de l’émancipation humaine. Il a publié, entre autres, des ouvrages sur la laïcité, la solidarité, et la pensée de Marx.
Henri Pena-Ruiz

Vendredi 31 mai/Maison Stéphane Hessel

  • 9h – 10h30 plénière 2 : École du patronat ou école de la République ? avec Marie Perret (UFAL) et Damien Pernet, Secrétaire général de l’UFAL. Les réformes en cours dans l’éducation nationale, tant dans les filières générales que professionnelles, ont-elles une cohérence ? Sont-elles à même d’accomplir les idéaux républicains ou se cantonnent-elles à une vision gestionnaire et utilitariste de l’école ?
Marie Perret, militante laïque et enseignante et Damien Pernet, spécialiste de l’enseignement professionnel.
  • 11h – 12h30 table ronde 1 : Pourquoi militer dans le mouvement familial ? avec Patrick Chrétien, Secrétaire général de l’UNAF (Union Nationale des Associations Familiales), Christian Gaudray Président de l’UFAL et Nicolas Gavrilenko, Trésorier. Dans les milieux progressistes, « la famille » n’a pas bonne presse. Pourtant, 79 % de la population vit en famille (au sens de l’Insee) et 56 % dans une famille avec enfants. C’est donc un fait social qui ne peut pas être ignoré et laissé à la seule préoccupation des adorateurs de la famille traditionnelle. La branche famille de la Sécurité sociale redistribue près de 40 milliards d’€ de prestations qui contribuent à compenser les charges d’enfants et à réduire les inégalités sociales. Militer dans le mouvement familial est donc un engagement social indispensable à la défense des intérêts et à la satisfaction des besoins des familles, de toutes les familles. Nous verrons ce que cela implique et comment un militant de la République laïque et sociale peut aussi être un militant familial.
Nicolas Gravilenko, Christian Gaudray et Michel Canet (à droite) pour l’UFAL avec Patrick Chrétien de l’UNAF soulignent les subtilités des mouvements familiaux à recrutement général.
  • 14h – 16h30 plénière 3 : Les convictions laïques avec Catherine Kintzler, philosophe spécialiste de la laïcité, Luc Pirson, Président de la fédération de parents d’élèves de l’enseignement officiel (public) belge , Philippe Foussier, ancien Grand maître du Grand Orient de France et Charles Arambourou (UFAL). « La laïcité n’est pas une conviction, mais la liberté d’en avoir une » : formule trop rapide, car elle s’entend seulement de la laïcité de la République. Or avant d’être des lois, la laïcité fut une idée, qui nous vient de la Révolution, puis a marqué les luttes des Républicains depuis 1850. La laïcité de l’école publique en 1882, puis de la République en 1905, consacrées par la Constitution en 1946, ne sont que la traduction juridique d’un long combat de la société civile. La laïcité n’est pas un monopole d’Etat !
De gauche à droite : Luc Pirson représentant de l’enseignement public belge, Charles Arambourou de l’UFAL, Catherine Kintzler auteure de nombreux ouvrages sur la laïcité et Philippe Foussier. Debout : Nicolas Pomiès de l’UFAL 59.
  • 17h – 18h30 table ronde 2 : Le militantisme laïque aujourd’hui avec Martine Cerf de EGALE (Égalité-Laïcité-Europe), Jean-Pierre Sakoun du CLR (Comité Laïcité République) et Jean Javanni du Grand Orient de France.Des responsables de grandes organisations laïques sont réunis pour faire un état des lieux du militantisme laïque en 2019. Le temps des grandes manifestations laïques comme celle de 1994 semble révolu, et à celui des combats comme celui qui a permis d’aboutir à la loi du 15 mars 2004 sur les signes religieux à l’école s’est substituée une pratique essentiellement défensive. Le mouvement laïque est éclaté en de nombreuses organisations qui peinent à se rassembler pour faire front aux offensives politico-religieuses et lutter contre les dérives identitaires. Alors que signifie être un militant laïque en 2019 ? Au-delà de cette question, il faut aussi interroger les nouvelles formes de militantisme et réfléchir ensemble aux modalités stratégiques pour parvenir à des actions unitaires.
  • 21h30 : concert de Mittel Orchestra. Le quartet nancéien propose un répertoire envoûtant à base de compositions originales et d’une réécriture inédite des standards Klezmer.
Succès assuré du quartet de Nancy qui a séduit Lille par ses mélodies à la fois mélancoliques et rythmées.

Samedi 1er juin/Espace Marx

  • 9h – 10h30 table ronde 3 : Peut-on sauver le mutualisme ? avec Pierre Zilber, Président de MUTUALE et Nicolas Pomiès (UFAL 59). La libre association des travailleurs en caisses mutuelles pour prendre en charge les risques liés à la santé ou la vie a donné naissance aux mouvements mutualistes. Connaissant son apogée avant la seconde guerre mondiale, la Mutualité devait à partir de 1945 laisser l’assurance santé à la Sécurité Sociale pour ne se consacrer qu’à la création d’offres de soins. Or en ce début de XXI siècle, la Mutualité semble avoir été vidée de cette mission pour ne n’être plus qu’un acteur de complémentaire santé parmi d’autres qui recule chaque année sur le marché qu’est devenue la santé.
Les enjeux liés à l’avenir des mutuelles par Pierre Zilber, président de Mutuale (à gauche).
  • 11h – 12h30 plénière 4 : Économie sociale et solidaire ou social business?  avec Caroline Besse (PCF) et Vincent Lemaitre (UFAL 59). Entre l’Économie Sociale et Solidaire (ESS), mouvement alternatif au système capitaliste, et le social business, la différence est grande. Qu’est-ce que l’ESS ? En quoi est-elle une force libératrice partant des individus et pour les individus ? Qu’est que le social business ? Est-il encore de l’ESS ? Ashoka est l’ONG pionnière du social business qui vise à transformer la société en profondeur pour que tout le monde devienne « acteur de changement ». Mais quel changement ? Le sien, en toute liberté de conscience, ou celui dont le capital a besoin ? En quoi Ashoka et le social business sont-ils dangereux ? Quelle est leur « force d’impact » ? Permettraient-ils l’avènement d’une société post humaniste ?
Le thème de l’ESS a attiré autant de militants laïques chevronnés que d’étudiants curieux venus écouter et débattre.
  • 14h – 16h30 table ronde 4 : L’émancipation féminine au défi de la précarité avec Stéphanie Rameau, Présidente de Ni Putes Ni Soumises, Maeva Jego de Gynéco sans Frontières, Soad Baba Aïssa de Femmes Solidaires et Monique Vézinet (UFAL 92). Le discours sur l’émancipation féminine, axé sur les processus mentaux – surmonter les stéréotypes et les dogmes, acquérir la confiance en soi, les savoirs et les aptitudes nécessaires à l’esprit critique… -, néglige parfois les conditions matérielles de la possibilité de l’autonomie. En s’appuyant sur des témoignages locaux, la table ronde questionnera la précarité comme facteur aggravant de la domination des corps et des esprits, qu’il s’agisse de femmes/filles migrantes ou non. On évoquera ainsi les violences spécifiques des réseaux de passage ou des camps, mais aussi des quartiers populaires. Quant aux actions auxquelles l’UFAL s’associe, le débat s’ouvrira en lien avec la laïcité sur la nécessité d’un continuum entre l’éducation nationale et l’éducation populaire.
Salle comble pour cette thématique indissociable du combat laïque, du combat social.
  • 17h à 18h30 ateliers partage d’expériences : développement, action sociale, représentations avec Michel Canet, Vice-président de l’UFAL.
Trois UFAL venues exposer leurs actions de terrain : le Val-de-Marne, la Martinique et la Dordogne.
  • 20h : venez fêter les 30 ans de l’UFAL ! Banquet républicain, avec animation musicale par Guy Lee de Collective Mind. Créé durant l’été 2015, Collective Mind se veut être un collectif éclectique d’artistes, désireux d’allier leurs réflexions et leurs compétences au service de la culture locale. Guy Lee a grandi dans un univers empli d’art, d’histoire, bercé dans son enfance par des chanteurs à textes engagés comme Ferré ou Moustaki aussi bien que par le jazz classique, la samba, le chacha, le mambo, le merengue, la salsa, le tango et aussi le rock progressif.
L’UFAL rend hommage à Mathilde Frémion, auteure de « Pour mon père pas pour Dieu », invitée d’honneur du banquet républicain.

Dimanche 2 juin/Espace Marx

  • 9h – 11h30 : Assemblée générale de l’UFAL

Les conférences ont eu lieu à la Maison Stéphane Hessel le jeudi après-midi et le vendredi toute la journée et, à l’Espace Marx, le samedi et le dimanche. Maison Stéphane Hessel, 235 boulevard Pain Painlevé, 59000 Lille. Espace Marx, 6 bis, rue Roger Salengro, 59800 Lille
Plan d’accès

Jeudi 30 mai : début des conférences à 17h
Dimanche 2 juin : départ à partir de 14h
Soit 6 demi-journées et 3 soirées consacrées aux conférences et débats, avec de nombreux temps conviviaux et festifs (concert, 30 ans de l’UFAL).

En train : gare SNCF de Lille Europe pour les TGV et gare de Lille Flandre pour le trafic régional.
Par la route : A1 : Lille – Arras – Paris ; A22 : Lille – Anvers ; A23 : Lille – Valenciennes ; A25 : Lille – Dunkerque – Calais ; A27 : Lille – Bruxelles

Réservations fermées

3 jours en pension complète (Chambres double, triple ou quadruple avec douche et toilettes dans certaines chambres ou douche dans la chambre et toilettes hommes et femmes séparées sur le palier.)

Tarif : 140€ pour une chambre de 2, 3 ou 4 personnes

Gratuit : tous les débats. Merci de vous inscrire ci-dessous en cliquant sur « Je participe ».