L’UFAL condamne le racisme antimusulman, mais refuse de défiler derrière les islamistes

Une tribune parue dans Libération le 1er novembre appelle à manifester le 10 novembre à Paris « contre l’islamophobie ». L’UFAL ne participera pas à cette mascarade, qui voit des personnalités et associations authentiquement antiracistes emboîter stupidement le pas aux islamistes et reprendre leurs mots d’ordre.

L’appel à manifester a été « initié » notamment par des personnalités et associations islamistes, souvent proches des Frères musulmans : Madjid Messaoudène, élu communautariste de Saint-Denis (1)Qui a traité l’UFAL d’association islamophobe sur tweeter; Marwan Muhammad, ancien porte-parole du CCIF, organisme vitrine des Frères, fondateur de L.e.s. Musulmans, etc. Il participe clairement de l’agenda frériste « d’islamisation des musulmans » et de conquête du pouvoir dans « l’Islam de France » (malheureusement mis en place par le Gouvernement). Leur stratégie consiste, sous couleur de « lutte contre le racisme », à élargir au-delà des habituels « islamo-gauchistes » ou « idiots utiles » le soutien à leur propagande en propageant :

  • l’idéologie victimaire selon laquelle les « musulmans » seraient les premières voire uniques victimes de « discriminations » ;
  • l’égalité entre pratique de l’islam et port du voile par les femmes — alors que cet usage est précisément en question chez les musulmans ;
  • la confusion entre les règles de l’espace civil (liberté de port de signes religieux, sauf s’ils dissimulent le visage) et celles de la sphère publique (obligation de neutralité religieuse à tous ceux qui participent à l’exécution du service public).

Le but est double : intimider les partisans de la laïcité, ou celles et ceux que l’affichage religieux ostensible incommode, en les discréditant comme islamophobes, racistes, ou fascistes ; soumettre les musulmans en France à leur gouvernance extrémiste, en les enfermant dans le communautarisme.

L’UFAL dénonce la rhétorique nauséabonde de cet appel, et notamment l’amalgame éhonté entre les propos humiliants d’un élu RN à Dijon et un attentat antimusulman réel à Bayonne (avec deux blessés graves) ; le rejet des lois de la République qualifiées de « liberticides ».

Il ne pouvait en aller autrement sous le mot d’ordre « islamophobie », dont l’UFAL rappelle qu’il s’agit d’une arme anti-laïque et antirépublicaine destinée à faire taire toutes celles et tous ceux et qui refusent le communautarisme islamiste. L’UFAL appelle à la « vigilance » républicaine les responsables politiques, syndicaux, ou associatifs qui se sont laissé prendre à ce piège.

Le combat contre le racisme antimusulman, comme contre toutes les formes de racisme, qui menacent la République, est une obligation trop sérieuse pour qu’on permette aux islamistes de le détourner.

Print Friendly, PDF & Email

Note(s)   [ + ]

1.Qui a traité l’UFAL d’association islamophobe sur tweeter

Au sujet de l’auteur

L'Union des FAmilles Laïques est un mouvement familial qui défend la laïcité, une vision progressiste et non familialiste de la famille, la protection sociale et les services publics, le féminisme, l'école républicaine, le droit au logement et l'écologie

16 commentaires

  1. serge541WASTERLAIN sur

    Dans un article, vous condamnez le racisme antimusulman et
    par votre positionnement sur le voile des accompagnatrices des sorties
    scolaires, vous l’alimentez ! Par ailleurs, votre refus de participer à la
    marche pour les prétextes que vous évoquez est contreproductif et ne sert en
    rien la laïcité, au contraire.

    Avec ce genre d’arguments, il ne faut plus participer à une
    manifestation contre l’antisémitisme du fait que le crif aussi :

    affirme que les juifs sont les principales victimes des
    actes antiracistes ;

    plus grave qu’il ne condamne pas les actes violents du Betar ;

    ne voit aucune incompatibilité républicaine laïque avec le
    fait de porter la kipa dans les bâtiments de nos institutions (ce avec quoi je
    suis d’accord par ailleurs).

    À vous suivre, il suffirait qu’un militant du RN appuie une
    manifestation en faveur de la laïcité pour que l’UFAL estime ne pas devoir y
    participer !

    Je pense qu’il serait plus judicieux que l’UFAL dénonce le
    financement des cultes en Alsace-Lorraine et des écoles confessionnelles et
    milite pour le supprimer, plutôt que d’empêcher des mamans d’accompagner leurs
    enfants lors des sorties scolaires au prétexte qu’elles pratiquent le prosélytisme
    simplement parce qu’elle porte le voile pour se conformer à leur foi, ceci indépendamment
    du fait que cette croyance soit justifiée ou pas – un mouvement laïc qui s’érige
    en défenseur de la foi en faisant le tri entre une bonne ou mauvaise pratique
    religieuse, un comble !

    Bref, athée sans complexe et militant pour la laïcité, je
    suis profondément par l’UFAL qui persiste dans cette attitude qui, je le répète,
    contribue au racisme antimusulman.

    • François Braize sur

      On ne peut que se désoler de cette position qui entretient la confusion entre le nécessaire et indispensable combat contre les discriminations qui peuvent frapper les musulmans et une lutte manipulée par les islamistes qui dévoient ce combat à leur profit avec le concept « d’islamophobie ».  Notre droit pénal ne connait pas ce concept et il n’est pas question de l’y introduire pour ne pas risquer  de recréer un délit de blasphème. Quand à confondre « l’islamophobie » avec un racisme il n’en est pas question non plus comme nous l’avons montré avec un ami magistrat dans un article récent publié sur MEZETULLE.  https://www.mezetulle.fr/islamophobie-un-racisme/ On ne peut que vous inviter à vous y reporter pour tenter de mieux comprendre la position de l’UFAL

      • « 
        Quand à confondre « l’islamophobie » avec un racisme il n’en est pas question non plus »

        Pourtant, c’est bien l’UFAL qui parle d’un « racisme anti-musulman » ce qui est une totale absurdité dans les termes.  Il n’y a PAS de « racisme anti-musulman » : il y a un « racisme anti-arabe » (qu’on peut et qu’on doit dénoncer), et un refus (bien motivé) de l’idéologie musulmane, qu’on ne peut QUE soutenir, si on est un ardent défenseur de la laïcité ET des valeurs républicaines.
        Mais si l’UFAL ne fait pas la différence entre les 2, vous êtes sur une trés mauvaise pente.

        • François Braize sur

          Quand vous le dites comme cela on ne peut que vous suivre. Vous ne vous étiez pas exprimé aussi clairement dans le commentaire précédent ou je ne l’avais pas compris. Là ça va mieux.
          Je pense que quand l’UFAL parle de « racisme anti musulman », ce qui est en effet une ânerie car être musulman n’est pas une race et les croyants ne sont pas protégés en France par une loi antiraciste mais par une loi anti discrimination,  cela signifie « racisme anti arabe », mais il lui appartient de le dire.

        • serge541WASTERLAIN sur

          Je suis d’accord avec vous quand vous dites que le 
          « racisme anti-musulman » cache en réalité un
          « racisme anti-arabe » tellement entré dans notre quotidien que ses termes sont maintenant synonymes. que l’UFAL qui a la défense de la laïcité comme objet de son existence, ne fasse pas la différence, comme beaucoup d’autres n’a rien d »étonnant. Les musulmans d’origine arabe ne s’y trompent pas non plus.
          Et vous avez tout à fait raison de dire qu’il faut refuser et combattre
          l’idéologie musulmane

          si derrière cette idéologie c’est de l’intégrisme musulman dont vous parlez et pas de la simple pratique de la religion musulmane. De là ma question, hormis quelques cas isolés, pensez-vous que les mères voilées qui accompagnent leurs enfants lors des voyages scolaires défendent
          l’idéologie musulmane

          ou plus exactement 
          l’intégrisme musulman

          ? Il me semble que poser la question sur le plan du simple bon-sens et non par la lorgnette du racisme ou du sectarisme laïc, c’est y répondre !

          • Le probleme est que les meres voilées, n’accompagnent pas « leurs enfants » dans les sorties scolaires, mais TOUS les enfants qui leur sont confiés dans le cadre d’une activité SCOLAIRE, donc dans le cadre de l’EDUCATION NATIONALE LAIQUE. C’est si difficile à comprendre ?
            Si la pratique de leur religion est plus importante que les valeurs et lois républicaines qui ont été votées et en cours dans notre pays, elles n’ont rien à faire en tant qu’accompagnatrices, et doivent donc rester à la maison, sous les ordres de leur mari.

          • serge541WASTERLAIN sur

            Forcément qu’elles accompagnent les autres enfants aussi. Et c’est heureux puisque sans ces accompagnateur(trice)s certaines sorties ne pourraient se faire faute d’un encadrement suffisant. Ce qui est difficile à comprendre, c’est que certains estiment que l’éducation nationale laïque (pas la peine de crier) est incompatible avec le voile de ces mères comme si nos pauvres chérubins y perdraient leur innocence laïque à leur seule vue. Ce qui est difficile à comprendre, c’est que cette laïcité républicaine doit, pour s’affirmer, surajouter des lois à la loi de 1905 qui suffit largement à garantir cette laïcité. L’interdiction du voile pour les accompagnatrices étant la dernière en gestation, l’étape suivante étant probablement l’interdiction sur la voie publique. Ce qui est difficile à comprendre, c’est que j’ai vu, personnellement vu, des élèves à qu’on obligeait à retirer leur fichu avant d’entrer à l’école, mais que je voyais rentrer des élèves avec des croix sur la poitrine ou à l’oreille; j’en ai même vu un entrer avec une kippa (distraction du surveillant me direz-vous). Ce qui est difficile à comprendre, c’est que ces lois sont toutes prises pour limiter la pratique de l’islam ce qui donne à comprendre qu’en fait c’est l’arabe qui est visé par celles-ci. Les femmes voilées que j’ai pu côtoyer ne donnaient pas l’impression d’être soumise à leur mari, même si ça doit exister, comme dans toutes les cultures et religions. Enfin, ce qui est certain et facile à comprendre pour qui côtoie et essaie de comprendre d’autres cultures, c’est que toutes ces lois liberticides et ces polémiques font plus pour éloigner la communauté musulmane des valeurs républicaines et alimentent la radicalité, voire l’intégrisme plus que les prêches virulentes de certaines mosquées.
            Est-ce donc si difficile à comprendre ?

          • François Braize sur

            Je suis pour ma part d’accord avec M Butruille et pour répondre à votre question finale, oui, que oui,  il est très difficile à comprendre que l’on s’assoit comme vous le faites sur les droits des femmes en défense d’un vivre ensemble de bisounours et de la « soumission » à une confession qui porte une pratique rétrograde ! Lisez donc la Tribune publiée sur ce même site  par quelques grands noms et vous comprendrez peut être.
            Fallait-il aussi pour satisfaire à vos souhaits ne pas prendre la loi de 2004 ou celle de 2010 ?

            Je vous renvoie donc à une lecture attentive de cette remarquable Tribune que l’on ne peut que saluer.
            Sortons donc, comme elle nous y invite, de la confusion et de l’émotion, deux des mamelles de la bêtise…
            J’ajouterai volontiers à cette Tribune (pour les ignorants de notre droit qui semblent nombreux dans ce pays) que le Code de l’éducation (partie législative) range les parents qui participent au fonctionnement du SP de l’éducation (SP soumis au principe de laïcité par notre constitution elle-même) dans ce qu’il dénomme la « Communauté éducative ». Dès lors, on peut donc considérer que les pouvoirs publics auraient pu, sans envisager de devoir prendre une nouvelle loi, décider (pour donner un fondement légal à une interdiction par une simple circulaire), qu’en application de ces dispositions du Code de l’éducation tous ceux qui collaborent au SP de l’éducation sont astreints aux mêmes principes, dont celui de non affichage ostensible, face aux enfants et, ce, dans l’école ou en sorties scolaires, des convictions politiques, philosophiques, religieuses ou syndicales.
            De la sorte, on se serait évité bien des tracas actuels et passés face à l’offensive protéiforme et tous azimuts des islamistes. Mais l’ignorance crasse de notre propre droit, l’absence de courage voire la démagogie ont fait le travail. Les racistes peuvent embrayer et les idiots utiles débrayer ! C’est une affaire qui marche…

          • Eric Butruille sur

            Ce qui n’est pas difficile à comprendre du tout, c’est que vous êtes juste un islamiste qui tente de noyauter l’UFAL avec des arguments à la noix.  Ne comptez pas me duper, ces « arguments », je les ai déja vu passer 1000 fois.

          • serge541WASTERLAIN sur

            Faut pas être parano. Je suis juste chrétien baptisé contre sa volonté mais athée. Pas étonnant que vous voyiez le prosélytisme et l’intégrisme partout. PS je signe de mon nom, pas difficile de retrouver mon profil sur la toile.
            Décidément, il y a des militants laïc « pratiquant » religieusement leur foi qui n’ont rien à envier aux traditionalistes de tous poils.
            Un islamiste noyauteur ! On ne me l’avait jamais faite celle-là…

    • Votre naïveté est inquiétante. La dénonciation de la prétendue « islamophobie » fait partie de l’agenda des Frères musulmans (initiateurs de la manif du 10), dans leur opération « d’islamisation » des musulmans et de conquête d’un « soft power » en France via la prise en main de l’Islam de France que leur offre complaisamment le pouvoir actuel. Ne soyons pas des moutons qui suivent les mauvais bergers. Il appartient aux Républicains de mettre en garde. 
      Si le FN organisait une manif, y compris sur la laïcité, l’UFAL n’irait pas, soyez-en sûr ! Ainsi nous n’avons pas cautionné les manifestations de la droite contre les prières de rue à Clichy.
      Où auriez-vous vu que l’UFAL ne militait pas contre le statut de l’Alsace et de la Moselle, ou le financement public de l’école confessionnelle ? Merci de ne pas changer de sujet.
      Quant aux « mamans voilées » (exécrable appel à l’émotivité!) voyez l’excellente lettre de Catherine Kintzler, sur notre site.
      Et ne vous laissez pas abuser par la confusion délibérément entretenue entre l’obligation de laïcité de l’école publique pour TOUTES les activités pédagogiques, qui doit à notre sens conduire à l’interdiction des signes religieux par les adultes encadrant ces activités, et la question du « port du voile » dans l’espace public : nous n’avons jamais demandé de l’interdire -même si nous considérons que c’est en soi un acte militant (ce ne sont pas les Frères musulmans qui nous contrediront) et une atteinte à la dignité et à l’égalité des femmes.

  2. Bravo pour ce texte, qui distingue parfaitement les simples citoyens d’une religion et les extrémistes à combattre !! Vous aidez ainsi à faire reculer la haine anti-musulmans tout autant que l’intégrisme. Bravo !

  3. Patrick Hendrix sur

    je trouve vraiment navrant cette désunion, pour une tentative concernant cette démarche pour le bien du vivre ensemble.
    Il est tellement plus simple de voir les propos qui se dévoilent lors des différentes discutions, pour une légitimité d’une pratique que nous nommons « l’Islam ».
    Comment peut-on se targuer de vouloir, que l’ensemble des populations quelque soit leurs religions, puissent pouvoir, tout simplement vivre tous ensemble.

    Il est de plus en plus certain, que trop de personnes, se focalisent sur un manque de discernement et de connaissance sur les différentes pratiques de leurs croyances.
    La méconnaissance, est la cause des conflits entre ces même populations.
    Il est pourtant si simple d’appliquer la loi de 1905 sur la Laïcité, sans complication pour la comprendre, mais peut-être trop simple.
    Il serait temps de se comporter en citoyens responsables,de bien faire le pour et le contre.
    Que voulons nous vraiment ?
    Voulons-nous vivre en bonne intelligence ?
    Ou, traîner en permanence ces conflits qui ne servent que les extrêmes, qui y trouve, un terreau bien fertile.
    L’empathie, est l’une des applications à être utiliser pour apprendre et faire comprendre que la vie est tellement plus simple, pour qui, peut la partager.
    Pour les autres, je dirais et sa n’engage que moi, essayez de pas vous tromper de cible pour faire passer votre colère.
    Patrick

    • Il ne saurait y avoir de « vivre ensemble » qu’entre citoyens, libres et égaux (y compris entre hommes et femmes). Certainement pas entre « communautés ». « Les extrêmes » que vous dénoncez sont en l’espèce les organisateurs de la manifestation du 10.

    • François Braize sur

      Dans ce débat, je suis pour ma part d’accord avec M. Butruille et  il est très difficile à comprendre que l’on s’assoit comme vous le faites sur les droits des femmes en défense d’un vivre ensemble de bisounours et de l’acceptation béate d’une confession qui porte une pratique rétrograde ! Lisez donc la Tribune publiée hier sur ce même site sur la question des accompagnatrices voilées  par quelques grands noms de républicains sincères et vous comprendrez peut être.
      Fallait-il aussi pour satisfaire à vos souhaits ne pas prendre la loi de 2004 ou celle de 2010 ?

      Je vous renvoie donc à une lecture attentive de cette remarquable Tribune que l’on ne peut que saluer.
      Sortons donc, comme elle nous y invite, de la confusion et de l’émotion, deux des mamelles de la bêtise…
      J’ajouterai volontiers à cette Tribune (pour les ignorants de notre droit qui semblent nombreux dans ce pays) que le Code de l’éducation (partie législative) range les parents qui participent au fonctionnement du SP de l’éducation (SP soumis au principe de laïcité par notre constitution elle-même) dans ce qu’il dénomme la « Communauté éducative ». Dès lors, on peut donc considérer que les pouvoirs publics auraient pu, sans envisager de devoir prendre une nouvelle loi, décider (pour donner un fondement légal à une interdiction par une simple circulaire), qu’en application de ces dispositions du Code de l’éducation tous ceux qui collaborent au SP de l’éducation sont astreints aux mêmes principes, dont celui de non affichage ostensible, face aux enfants et, ce, dans l’école ou en sorties scolaires, des convictions politiques, philosophiques, religieuses ou syndicales.
      De la sorte, on se serait évité bien des tracas actuels et passés face à l’offensive protéiforme et tous azimuts des islamistes. Mais l’ignorance crasse de notre propre droit, l’absence de courage voire la démagogie ont fait le travail. 
      Les racistes peuvent embrayer et les idiots utiles débrayer ! C’est une affaire qui marche…

  4. Pingback: Islamophobie, racisme antimusulman : y voir plus clair | UFAL