Le Gouvernement s’attaque aux réserves des coopératives

3

L’UFAL relaie l’appel à la mobilisation de la Confédération générale des Scop(1)Sociétés Coopératives contre une disposition du Projet de loi de finances 2019 qui supprime purement et simplement la « provision pour investissement (PPI) ». Or ce dispositif fiscal permet à ces sociétés de faire des réserves en franchise d’impôts, et de les mobiliser pour leur développement et leur investissement. D’après la Confédération générale des Scop, c’est « 350 millions d’investissements productifs (…)  [qui]risquent de disparaître sur les cinq prochaines années ».

Non contente de détruire la République laïque et sociale partant de cadeaux faits aux plus riches, l’idéologie En Marche veut aussi la mort de toutes les alternatives à son projet néolibéral.

En effet, imaginons une société où le pouvoir serait partagé entre les salariés, où les bénéfices ne s’évaporeraient pas dans une bulle financière, mais seraient alloués prioritairement au maintien de l’emploi et à l’investissement… Une utopie ? Un rêve ? Non ! Ce sont les SCOP et les SCIC, en un mot les coopératives de l’économie Sociale et Solidaire.

Or, le gouvernement, jugeant « trop coûteux » le dispositif de PPI, a décidé de le supprimer à l’occasion du PLF 2019 sans aucune autre forme de procès !  Autant dire que c’est une grave menace pour les 2 400 sociétés coopératives et participatives, et leurs 51 000 salariés !

Seront-ils les victimes collatérales de la frénésie du Gouvernement de trouver des économies servant à transformer le CICE, dont le résultat en termes d’emplois est catastrophique, en baisse de cotisations sociales patronales, pour un coût exorbitant de 40 Mds € en 2019 ?

Pour ces raisons, l’UFAL demande l’abandon de cette mesure !

Pour aller plus loin
L’UFAL a multiplié ces derniers mois les analyses sur l’Economie Sociale et Solidaire (ESS) dont font partie les coopératives. L’UFAL a particulièrement mis en garde les citoyens et les familles sur la supercherie que représente l’Entrepreneuriat social qui détourne les valeurs démocratiques de l’ESS en faveur d’un affairisme social. L’UFAL vient de publier un numéro de sa revue (UFAL info 74) entièrement consacré à ce sujet, car elle considère que l’ESS est dans l’intérêt des familles et un levier de réappropriation de l’économie à l’heure où les politiques libérales produisent des inégalités de plus en plus criantes et génèrent misère et colère pour pour une part croissante d’entre elles.

Note(s)   [ + ]

1.Sociétés Coopératives
Share.