Browsing: Manifestation

Citoyen
Cher collègue,
Cher camarade,
Dans votre lettre ouverte du 21 janvier adressée à M. Nembrini, vous faites part de votre refus de soumettre vos élèves aux évaluations de CM2. Et cela pour la raison principale que vous n’y voyez qu’une malheureuse machine de déstabilisation et d’humiliation à l’encontre de ceux dont vous avez la charge, vos élèves.

Le Salon de l’éducation a été créé par le ministre Allègre, celui dont les manifestations populaires ont obtenu la démission en mars 2000.
L’organisation en a été confiée dès le départ à la Ligue de l’Enseignement, association liée à l’empire de l’ex-FEN, et qui comprend entre autres la MAIF, la MGEN, la MRIFEN, la CASDEN (propriétaire du site Vousnousils), le SE-UNSA, et la CAMIF (rachetée récemment par des fonds de pension américains).

Une récente délibération de la HALDE repose la question des relations entre laïcité et discriminations. La Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (HALDE) est une autorité administrative indépendante créée par la loi du 30 décembre 2004. Elle a un pouvoir de recommandation. Sans être source de droit, ses délibérations constituent un apport qu’on ne peut ignorer. L’une d’entre elles, en date du 18 février 2008, indique que refuser à un étudiant de confession juive de s’absenter tous les samedis n’est pas une mesure discriminatoire, même pour un établissement d’enseignement supérieur privé.

Nous publions cet article du journal Le Monde, daté du 19 avril 2008. La suppression annoncée de 11200 postes intervient dans une situation qui, dans certains établissements, est déjà très critique, comme en témoignent ces collégiens qui ont décidé d’alerter les pouvoirs publics. Non seulement les personnels encadrants manquent cruellement mais, qui plus est, l’administration ne les protège guère, non plus que les élèves, puisqu’elle ne donne pas toujours suite aux plaintes. Dans une telle situation, il ne faut pas s’étonner que les familles indignées cherchent, pour protéger leurs enfants, des solutions ailleurs que dans l’enseignement public. Au lieu de promouvoir l’enseignement confessionnel, le Président de la République serait bien inspiré de protéger les personnels éducatifs et de mettre tout en oeuvre pour soustraire l’école publique à la violence et aux incivilités.
La Rédaction