Le gouvernement est responsable du tri des patients dans les hôpitaux, qu’il l’assume !

Face à l’afflux des patients atteints par les formes les plus graves de coronavirus, les services hospitaliers sont débordés. Certains sont d’ores et déjà obligés de faire le tri parmi les patients ; d’autres seront bientôt contraints de le faire. Le personnel hospitalier se trouve confronté à cette tragique nécessité : choisir qui il faut sauver et qui il faut laisser mourir. 

Alors qu’il a contribué à ce désastre en amplifiant les politiques néolibérales de casse des services publics, le gouvernement cherche à se défausser de sa responsabilité. 

Le ministre de la Santé a en effet saisi le CCNE(1)Comité Consultatif National d’Ethique pour qu’il rende un avis sur les critères de sélection des patients qu’il convenait de retenir. Il a interrogé en ce sens les associations de représentants d’usagers de santé à travers France Assos Santé. Sur le terrain, des chefs des services d’urgence ont annoncé qu’ils n’auraient désormais d’autre choix que de soigner en priorité les patients ayant le plus de chance de survie. Les patients atteints de comorbidités ou de plus de 70 ans ne seront plus placés sous respirateur et donc condamnés à mourir. 

Il est inadmissible que la responsabilité de cette sélection incombe aux associations d’usagers et aux médecins, qui sont en première ligne. Ni l’éthique ni la déontologie médicale ne peuvent pallier la pénurie de matériels et le manque de lits dans les hôpitaux. Cette situation intolérable, déjà dénoncée par l’UFAL, est la conséquence prévisible de décisions politiques : depuis plus de 30 ans, les gouvernants, réforme après réforme, plan d’économie après plan d’économie, « réorganisation » après « réorganisation », ont cassé méthodiquement les services publics, dont l’hôpital. 

Sous l’impulsion du Président Macron, le gouvernement a poursuivi cette politique. Il a fait la sourde oreille aux cris d’alarme et aux demandes des personnels soignants en grève depuis plus d’un an dont le constat était pourtant sans appel : « L’hôpital public se meurt », écrivaient encore 660 médecins en décembre 2019, qui menaçaient de démissionner et demandaient dans leur tribune « de réelles négociations pour desserrer la contrainte imposée à l’hôpital », car « la rigueur est devenue austérité, puis l’austérité, pénurie ».

Plutôt que chercher à se défausser de sa responsabilité, le gouvernement devrait avoir le courage de l’assumer, en disant haut et fort que les services de santé doivent sacrifier les plus âgés et les plus fragiles au nom du « dieu Marché ». Que le gouvernement assume les conséquences de son idéologie. Qu’il assume l’impossibilité de faire face à une pandémie autrement qu’en recourant aux méthodes de la médecine de guerre. Qu’il assume l’insécurité dans laquelle sa politique a plongé la population. 

Le darwinisme appliqué à l’économie a maintenant atteint l’hôpital. Pour l’UFAL, la crise sanitaire que notre pays est en train de traverser doit être l’occasion d’enterrer les politiques néolibérales. 

Print Friendly, PDF & Email

Note(s)   [ + ]

1.Comité Consultatif National d’Ethique

Au sujet de l’auteur

L'Union des FAmilles Laïques est un mouvement familial qui défend la laïcité, une vision progressiste et non familialiste de la famille, la protection sociale et les services publics, le féminisme, l'école républicaine, le droit au logement et l'écologie