Financement des lycées privés en Ile-de-France : un « livre noir »

Le groupe Front-de-gauche et alternatifs vient de publier une analyse du financement des lycées privés franciliens et en dénonce les excès. L’UFAL s’associe pleinement à cette dénonciation des empiètements au principe de laïcité, dont voici les principaux éléments.

Constats
En Ile-de-France, on dénombre 470 lycées publics (81 %) et 202 lycées privés sous contrat (19 %).
La loi oblige les régions à contribuer au budget de ces derniers, ce qui représente 7 % du budget de l’éducation nationale.
Les financements obligatoires concernant le privé portent sur :
· La rémunération des personnels non enseignants.
· Les dépenses liées à l’acquisition de matériels.
· Le financement d’une parti des impôts locaux.
Or, 37 % des financements régionaux vont bien au delà des obligations légales : ces 37 % sont des subventions facultatives et relèvent d’un choix politique.

Que fait la Région ?
Elle finance le lycée privée Jean-Paul II à Sartrouville : 1,36 millions d’euros.
Sur les 61 millions dévolus aux lycées privés, 19,537 millions consistent en des subventions facultatives.
· 15 millions d’euros sont dégagés pour la rénovation ou l’équipement technique des lycées privés.
· 4 millions financent l’achat de manuels scolaires.
· Le maintien de la majoration  de 5 % du forfait d’externat  représente 2 millions d’euros.

Conséquence : une inégalité public/privé encouragée
Dans le public, un élève bénéficie en moyenne de 1 606 euros de financement. Dans le privé, les frais d’inscription et les subventions permettent un financement de 2 106 euros par élève !

Print Friendly, PDF & Email

Au sujet de l’auteur

L'Union des FAmilles Laïques est un mouvement familial qui défend la laïcité, une vision progressiste et non familialiste de la famille, la protection sociale et les services publics, le féminisme, l'école républicaine, le droit au logement et l'écologie

Les commentaires sont fermés.