Appel du monde de l’éducation à la marche nationale du 12 avril à Paris

De la même manière que la finance devait être l’ennemie, l’éducation devait être une priorité de l’actuelle majorité et sanctuarisée. Deux ans après, force est de reconnaître qu’il n’en a rien été. Pire, au nom du « pacte de responsabilité » et de la soumission devant la commission européenne, l’Ecole de la République est confrontée à son tour au rabot des politiques d’austérité.

Le nouvellement nommé Ministre Hamon doit d’urgence :

  • Respecter les engagements: au-delà des 22000 postes déjà créés, atteindre et dépasser les 60000 annoncés
  • Ouvrir la négociation sur la réforme des rythmes et stopper les nouveaux projets de “décentralisation”: contre la privatisation rampante de l’éducation, pour un financement national des activités complémentaires de l’Ecole
  • Intervenir massivement contre les inégalités: dotations pour maintenir les classes, relance d’une politique d’éducation prioritaire  fondée sur l’aide aux territoires les plus défavorisés
  • Engager une véritable refondation de l’Ecole, égalitaire et émancipatrice : donner du temps aux apprentissages et placer la conquête des savoirs au centre de la politique éducative en prolongeant la scolarité obligatoire de 3 à 18 ans

Car maintenant ça suffit !

Maintenant ça suffit ! Là où Nicolas Sarkozy avait supprimé 84.000 postes, François Hollande s’était engagé à en recréer 60.000. Les voilà pourtant remis en cause alors même que seulement 22.000 l’ont été.

Maintenant ça suffit ! Les dotations à la baisse sont un étranglement pour les établissements et se traduisent par des fermetures de classes pour la rentrée prochaine.

Maintenant ça suffit ! La réforme des ZEP ne peut se faire à moyens constants en déshabillant des établissements ZEP pour en habiller d’autres.

Maintenant ça suffit ! L’Ecole de la République doit rester nationale pour être égalitaire. Il faut rompre avec la territorialisation de l’éducation accentuée par l’acte III de la décentralisation.

Maintenant ça suffit ! La réforme des rythmes scolaires Peillon déstabilise le fonctionnement au quotidien des écoles ; elle conduit à une remise cause des principes d’égalité, de gratuité et de laïcité ; elle ouvre la porte à la marchandisation de l’éducation.

Maintenant ça suffit ! La laïcité ne saurait se réduire à une charte. La loi Carle qui permet le financement des écoles primaires privés par des fonds publics doit être abrogée.

Maintenant ça suffit ! Les statuts des personnels ne peuvent être détricotés pour laisser la place à une vision managériale de l’école.

Maintenant ça suffit ! Les 150.000 précaires de l’éducation nationale ne peuvent servir de variable d’ajustement à une gestion comptable de l’institution.

Maintenant ça suffit ! Le Medef n’a pas à se substituer à l’Etat et investir l’Ecole au motif de développer dès le plus jeune âge l’esprit d’entreprise.

Maintenant ça suffit ! Face à la droite et l’extrême-droite réactionnaires et obscurantistes, l’Ecole de la République doit afficher son ambition humaniste et universaliste. C’est le savoir qui libère.

Nous, enseignant-e-s, parents d’élèves, personnels de l’éducation, appelons le samedi 12 avril à une marche nationale à Paris, marche d’espoir à gauche, contre l’extrême droite, pour l’abandon du « pacte de responsabilité », pour une juste distribution des richesses.

Print Friendly, PDF & Email

Au sujet de l’auteur

L'Union des FAmilles Laïques est un mouvement familial qui défend la laïcité, une vision progressiste et non familialiste de la famille, la protection sociale et les services publics, le féminisme, l'école républicaine, le droit au logement et l'écologie

Les commentaires sont fermés.