Pour qu’un homme assassiné pour sa liberté d’expression ne meure pas une deuxième fois

8

Nous connaissions les atermoiements de certaines associations humanistes sur la laïcité sitôt qu’elle est susceptible d’heurter des « minorités », sitôt qu’elle n’est pas communautaire… Récemment, les sections lilloises de la LDH et du MRAP ont retiré leur soutien à la pièce de Gérald Dumont mettant en scène le texte de Charb : « lettre aux escrocs de l’islamophobie qui font le jeu des racistes ». Pourquoi la soutenir pour mieux, par suite, se désister ? Parce que la vision de Charb sur la laïcité pouvait choquer ?

À l’UFAL, il nous a plutôt paru essentiel qu’un homme assassiné pour sa liberté d’expression ne meure pas une deuxième fois. Il fallait donc que la pièce soit jouée et que la liberté d’expression passe, coûte que coûte. Sans quoi, quel sens auraient ces forêts de crayons pointés vers le ciel ce 15 janvier, place de la République et partout ailleurs ? D’un élan aussitôt essoufflé ? De belles manifestations non suivies dans les faits ? Un simple crayon pointé vers le ciel, symbole de notre détermination incassable à être libres, multiplié à l’infini par cette marée humaine, symbole décisif de notre invulnérabilité : il faudra nous tuer tous. Condition irréalisable donc annonciatrice de la défaite des barbares. Les assassins de Charlie et des autres malheureux ont perdu avant même d’avoir livré bataille. Et s’ils parviennent à nous peiner grandement et à nous faire pleurer les disparus, encore dernièrement sur les Champs-Elysées, ils ne peuvent pas nous vaincre. Au final, les crayons seront toujours infiniment plus forts que le bruit métallique des culasses de kalaschnikov.  

À l’UFAL et ailleurs, fédérés dans le domaine associatif ou non, nous sommes tous contre le racisme et l’antisémitisme. Ces injustices n’appartiennent à personne, en particulier parce qu’elles sont l’affaire de tous, impliqués ou pas dans les luttes contre les discriminations, quelles qu’elles soient. Mais les récentes prises de position de la LDH et du MRAP nous confortent dans notre prudence à nous engager à leur côté dans la lutte, en dépit de notre combat pour les mêmes causes. Et bien qu’elles nous soient communes, bien qu’elles nous rassemblent, une divergence existe à l’origine même de ce qui n’est pas négociable. En effet, une association humaniste peut-elle refuser de promouvoir la liberté ? Comment pratiquer un engagement à géométrie variable sans, quelque part, y renoncer ? Une association politique réglée sur les communautés qui la composent est fatalement amenée un jour au sacrifice de quelque chose qui la dépasse. Ici, pour ne pas heurter l’une ou l’autre communauté, on sacrifie la liberté d’expression. Comment éviter ce piège ? Il suffit simplement d’être laïque. De ne pas reconnaître les communautés et de ne s’attacher qu’à ce qui unit les individus, tous égaux en droit ; la liberté de conscience et les Droits de l’Homme. Cela amène à bâtir l’association politique en dehors de toute particularité, de toute transcendance, tout en les permettant toutes, même celles qui n’existent pas encore. Notre régime laïque se crée dans l’immanence de l’esprit humain désormais confronté à lui-même, indépendamment de toute rérence à une puissance extérieure qui lui pré existerait. Ici, il n’est pas question de moraliser l’engagement humaniste qui est l’affaire de chacun, mais d’expliquer en quoi il se doit d’être laïque pour être solide. Il suffit de prendre exemple sur notre mode de République en exerçant notre esprit critique, source de notre travail d’émancipation.

S’il est souvent nécessaire de tempérer et d’ « arrondir les angles », il faut néanmoins prendre garde à rester inflexible sur certains principes lorsqu’ils constituent le socle de notre société. Or, la liberté, première chez Rousseau, est aussi le premier terme du triptyque Républicain. Elle est la raison même de notre association politique. Mieux ; notre République laïque fait plus que simplement « porter » la liberté ; elle « assure » la liberté de conscience donc la liberté de pensée (illimitée) et la liberté de la manifester (limitée). Nous voilà aux prémisses de la liberté d’expression d’où découle, en particulier, la « garantie » du libre exercice des cultes. Dès lors, à l’UFAL, on condamne leuns qui, non contents que leur liberté de culte soit garantie, voudraient parfois étouffer la liberté d’expression des autres. Oencore, ceux qui promeuvent la liberté mais sans la liberté d’expression, la tolérance aux autres mais uniquement si l’autre nous ressemble, donc quand il n’est plus un autre… Nous sommes surpris de ces postures, car il n’existe pas de demie-liberté. La liberté est pleine et entièreet n’est du reste, jamais acquise. C’est une lutte continue de l’esprit envers lui-même qui justement puise sa vigueur dans l’altérité dans toutes ces différences qui nous renseignent sur nous-même. Elles se retrouvent dans les livres, dans la musique, la peinture, le théâtre, les rencontres… Et même -faut-il le rappeler ?- dans la caricature et le dessin satirique quand ils nous poussent dans nos retranchements, quand nous sommes bousculés dans nos certitudes ou simplement provoqués, sans méchanceté, par l’humour… Le rire Simplement essayer de nous faire rire… De nous même ? Là est le véritable humour. Le fascisme ne rigole pas de lui-même, jamais. Ces artistes de l’humour, ces épris de liberté, font appel à notre tolérance mais surtout à notre intelligence, car, souvent, lorsque le dessin est grinçant, il est aussi pertinent.  Au final, cela s’appelle progresser sur soi, cela s’appelle évoluer.

Nous vous invitons à progresser ensemble en venant voir cette mise en scène de Gérald Dumont, de la compagnie Théâtre K, du texte de Charb « lettre aux escrocs de l’islamophobie qui font le jeu des racistes » le 19 mai à Lille et le 9 juin à Paris (à confirmer).

 

Merci à vous tous Charlie Hebdo,
Merci pour les larmes de joie qui libèrent.

Partager.

8 commentaires

  1. Impossible de trouver la page pour réserver une place pour la représentation le 9 Juin à Paris

  2. Bonjour à tous,

    Pour l’instant, seule la billetterie de Lille est active. Celle de Paris va arriver…

    Merci de votre compréhension.

  3. La liberté de pensée n’existe pas, la liberté de conscience n’existe pas plus. Il n’existe que la liberté éventuelle d’exprimer ses états mentaux. Le cerveau est un automate (comme le pancréas). La pensée est le résultat de cet automatisme. Il est étrange que plus de 160 ans après Darwin, les rationalistes ne tiennent pas compte des découvertes scientifiques sur notre fonctionnement. « Connais-toi toi-même. » Voilà, je viens d’exprimer ma pensée. Je ne suis pas libre de la fabriquer puisque je ne suis pas libre d’exister et de ce qui me constitue, mais je suis libre de l’exprimer, c’est-à-dire libre socialement de mes mouvements, de mes gestes, de mes actions, de mes paroles si j’ai une langue et des doigts, sinon je m’exprime, si possible également, en langage des signes. Mais je ne suis pas libre de penser. Ça fonctionne tout seul.

    • Cerveau = pancréas ?
      ça fonctionne tout seul, sans liberté de pensée ?
      et on aurait en revanche la liberté de décider d’exprimer ce qui est venu automatiquement….
      pardon, mais il y a dû y avoir un « bog » dans votre automatisme…
      je préfère pour ma part penser librement et décider tout aussi librement de l’exprimer ou pas comme je le fait là.
      bien cordialement

  4. Pingback: L’UFAL soutient la pièce de théâtre mettant en scène le texte de Charb | Ufal.org