Augmentation des IVG : conséquence de l’alliance de la salle des marchés et du goupillon!

3

Les études de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) publiées le 17 décembre 2009 montrent que les lois sur la contraception et sur le droit à l’IVG ne parviennent pas à diminuer le recours à l’avortement.

Pire, il augmenterait chez les moins de 20 ans (1)En 2007, plus de 227 000 IVG ont été réalisées en France métropolitaine et dans les DOM, commente la DREES – lien : www.sante-sports.gouv.fr/IMG/pdf/er713.pdf !
L’UFAL, qui a soutenu la loi Veil de 1975, estime qu’une politique rationnelle de santé publique devrait voir baisser le recours à l’IVG par un recours plus effectif aux moyens contraceptifs. Pourquoi n’est-ce pas le cas ? Si l’on peut évoquer les effets d’une idéologie traditionnelle intériorisée par les femmes, il s’agit plus sûrement encore – contre leur choix – des effets concrets de l’alliance de la salle des marchés et du goupillon.
La réaction religieuse ne se bat plus ouvertement contre les lois libératrices de la sexualité et du choix des couples, elle agit sournoisement par le lobbying pour diminuer la place des cours d’éducation sexuelle par des professionnels dans l’école et principalement au collège.
Année après année, le nombre d’infirmières en milieu scolaire baisse, rendant souvent inefficaces la possibilité de se confier et d’utiliser la pilule du lendemain.
Les adeptes du goupillon et de la salle des marchés marchent main dans la main quand ils se lient :

  • pour fermer les centres de planning familial dans les quartiers et même à l’hôpital,
  • pour en diminuer les subventions,
  • pour diminuer le nombre d’éducateurs.

Nous en profitons également pour dénoncer l’alliance du goupillon et de la salle des marchés quand l’hôpital public continue à embaucher des médecins hospitaliers refusant de faire les IVG et quand la tarification à l’activité qui finance les établissements hospitaliers rend déficitaire les services d’IVG, en sorte que les établissements privés (adeptes de la privatisation des profits et de la socialisation des pertes) s’en désengagent.

L’UFAL demande un plan ambitieux d’information sexuelle dans les collèges et de développement des centres d’information et de planning familial sur l’ensemble du territoire.
Par ailleurs, l’UFAL demande au gouvernement de mettre fin au sous-financement des structures chargés de l’application des lois dans ce domaine (contraception, IVG, etc.).

Note(s)   [ + ]

1. En 2007, plus de 227 000 IVG ont été réalisées en France métropolitaine et dans les DOM, commente la DREES – lien : www.sante-sports.gouv.fr/IMG/pdf/er713.pdf
Partager.