La deuxième mort de Descartes : l’enseignement privé confessionnel pour formater les maîtres du public !

7

Les « Controverses de Descartes » sont des manifestations à l’intention des enseignants, coorganisées par le rectorat de Paris, le ministère de l’Éducation nationale, le Centre International de Formation et d’Outils à Destination des Maîtres, les éditions Nathan, et la Fondation SNCF. La prochaine édition, prévue le 29 novembre prochain à la Sorbonne, sous l’égide et en présence du ministre de l’Éducation nationale, a pour thème « Apprendre à devenir un résistant intellectuel »

Brillant et noble sujet… sauf que sont conviés, au côté du ministre et du recteur, un psychologue et un psychopédagogue (normal)… et deux représentants du seul enseignement privé catholique : M. Balmand, Sectéraire général de l’Enseignement catholique et M. Petitclerc, coordinateur de l’association DON Bosco : cherchez l’erreur. On croit rêver : des membres d’une religion qui subordonne totalement l’enseignement et la recherche à l’autorité du pape enseigneraient « la résistance intellectuelle » ? Qu’on se rassure, le programme suggère lui-même la solution : c’est « à travers une réconciliation entre spiritualité et laïcité que l’école rendra ses élèves plus résistants à la manipulation ». Superbe sottise, puisque la laïcité est le cadre juridique assurant la liberté de conscience, qui comprend donc celle de refuser toute spiritualité ! Voilà une « réconciliation » qui sonne comme un enterrement de la laïcité. En fait de résistance, c’est plutôt l’occupation par les cléricaux que le ministre Blanquer couvre de son autorité.

L’UFAL a protesté contre un précédent pseudo-colloque à usage des enseignants donnant la parole sans contradiction aux militants de l’islamisme politique. Nous élevons la même protestation contre cet entrisme clérical catholique. L’Université est et doit demeurer laïque, c’est la loi.

L’UFAL appelle le ministre à faire respecter l’art. L.141-6 du Code de l’éducation : « Le service public de l’enseignement supérieur est laïque et indépendant de toute emprise politique, économique, religieuse ou idéologique ; il tend à l’objectivité du savoir ; il respecte la diversité des opinions. »

Partager.

7 commentaires

  1. Pingback: Propagandes communautaristes à l'université : un danger pour la République ! | Ufal.org

  2. Le combat pour la laïcité n’est pas exclusivement réservé aux athées. J’en veux pour exemple nombre de mes amis, pratiquants de diverses religions, en l’occurrence celles dites du Livre, avec lesquels nous défendons bec et ongles ce principe républicain fondamental, au sein d’une association parmi d’autres qui regroupe indifféremment croyants et non croyants. Il s’agit d’une question d’honnêteté et de rigueur intellectuelles.
    Les représentants catholiques nommés à cette commission peuvent, à mon sens, parfaitement siéger dans la mesure évidente où ils n’exerceront aucune forme de prosélytisme ni de pression partisane.
    Il conviendra d’être particulièrement vigilant sur ce point. On peut cependant s’interroger sur l’absence de représentants d’autres confessions.
    Enfin, j’ajoute que la spiritualité n’est pas que religieuse.

  3. C’est de l’entrisme ! Je lis le passage d’un texte en lien : « Mais un lien avec la mission évangélisatrice existe aussi dans les Facultés où s’enseignent les sciences qui, sans avoir un rapport particulier avec la Révélation chrétienne, peuvent toutefois apporter un concours appréciable à l’œuvre de l’évangélisation, et c’est précisément sous cet aspect que l’Église les considère lorsqu’elle les érige en Facultés ecclésiastiques ; celles-ci ont dès lors des relations spéciales avec la hiérarchie de l’Église.

    Voilà pourquoi le Siège apostolique, pour remplir la mission qui lui est propre, a clairement conscience que c’est son droit et son devoir d’ériger et de promouvoir des Facultés ecclésiastiques qui dépendent de lui, SOIT comme organismes ayant une existence autonome, SOIT comme institutions insérées dans des Universités, et destinées aux clercs mais aussi aux laïcs. Il désire vivement que tout le Peuple de Dieu, sous la conduite des pasteurs, apporte sa collaboration pour permettre à ces foyers de sagesse de contribuer efficacement à l’accroissement de la foi et de la vie chrétienne.  » PAS NEUTRE

  4. Pas réservé aux athées oui ! De la à laisser l’entrisme des petits soldats du Vatican c’est autre chose !

  5. je ne suis pas enseignant mais je suis un laïc ! votre article me fait peur ! Jusqu’où iront les religions pour détruire notre belle laïcité ?

  6. Très très loin, elles sont prêtes à aller très très loi  ! Il n’y a qu’à lire ci-dessus le commentaire faussement naïf de certains qui se prétendant laïques revendiquent que les religions du Livre siègent dans le instances chargées de la formation des maitres puisque bien sur elles savent ne pas être prosélytes et être noblement animées d’une objectivité salutaire. Ne sont elles pas chargés du salut de nos âmes après tout ? Il ne peut être faut pas trop de foutre du monde ou nous prendre pour des c… Les confessions doivent être strictement cantonnées à leur place : les consciences qui veulent bien s’y soumettre et les lieux de culte, point final. Pour l’enseignement public laïque et obligatoire c’est niet !