L’UFAL nationale relaie un coup de gueule de l’UFAL de Lille suite à l’incendie du camp de La Linière à Grande-Synthe

1

Dans la nuit du lundi 10 avril, le camp « La Linière » de Grande-Synthe a brûlé.
Que reste-t-il des cabanons en bois et que vont devenir les familles ? Le gouvernement s’en occupe… Et c’est bien ce qui a inquiété l’UFAL Lille. Nous avons appris, sans surprise, que le gouvernement s’opposait à sa reconstruction après avoir tout fait pour faire échouer le fonctionnement de la Linière.

Bref rappel des faits : Nous avions déjà fait un reportage « Back to the jungle » sur la « Jungle » de Calais du temps où elle existait et sur le camp de la honte, plutôt bidonville, de Grande-Synthe. Damien Carême, maire de la ville, s’était à l’époque battu contre vents et marées pour ouvrir « La Linière ». Ce camp d’accueil était conforme aux normes Humanitaires. Les associations actives dans ce projet avaient permis aux familles de retrouver leur dignité.
Même s’il n’était pas idéal, ce nouveau camp fonctionnait avec 600 personnes. Mais le gouvernement s’en est mêlé… Virilement ou par complaisance électorale, ils ont démantelé la Jungle de Calais et d’autres communautés sont venues grossir la population de « la Linière ».

Expérience : dans un espace pouvant contenir 600 personnes, mettez-en 1500. Ajoutez-y une diversité communautaire parfois aux coutumes s’accordant mal, enlevez-y quelques associations historiques et n’oubliez pas de considérer les conditions de vie exécrables. Inutile de secouer… Le mélange brûlera tôt ou tard… Et servira d’alibi pour que ceux qui ont provoqué ce mélange disent que ça ne fonctionne pas. Ils mèneront alors à bien leur idée politique : éclater les camps partout en France via les CAO (Centre Accueil d’Urgence) où, contrairement à ce qu’ils disent, les places manquent évidemment… Veulent-ils faire brûler les CAO ?

Laissons la parole au Docteur Richard Matis de Gynécologie Sans Frontières (GSF), une ONG amie avec laquelle nous avons déjà travaillé en réalisant un reportage sur place et en réalisant cet entretien :

« Le gouvernement déclare que le camp de Grande Synthe ne sera pas reconstruit ! « C’est INADMISSIBLE
Alors qu’il était déjà prévu de reconstruire des shelters plus sûrs en bois non inflammable pour remplacer ceux qui viennent de brûler.
Alors que le gouvernement ne cesse de parler de démantèlement de ce camp.
Alors que nous ne cessons de dire qu’il ne faut pas augmenter le nombre de migrants au delà de 600-700 dans ce camp.
Alors que les places de CAO n’existaient pas pour 500 personnes.
Le gouvernement semble satisfait de cet incendie bien opportun pour démanteler le camp de Grande Synthe. Nous repartons 2 ans en arrière avec une population hors des camps encore plus vulnérable aux diktats des passeurs.
Ce que l’on fait subir à cette population est HONTEUX.
La désinformation, sur les places dans les CAO, les rixes, etc. visant à faire passer les migrants pour des odieux barbares qui se battent entre eux et qui détruisent tout ce qui a été mis à leur disposition etc… est totalement IGNOBLE.
N’oubliez pas qu’il y a des familles, des mineurs isolés, qui n’ont plus qu’un seul membre de leur famille en UK…
Nous demandons à ce que les familles, les femmes isolées, les mineurs isolés soient mis à l’abri, au plus vite, en urgence. Il y de la place au centre Jules Ferry et au camps de Grande Synthe tout n’a pas été brûlé. »

À l’UFAL, nous soutenons les associations de terrain, en particulier GSF et condamnons la posture inadmissible du gouvernement qui ne se préoccupe en rien de la vie des familles ! Nous condamnons cette « petite » politique bafouant dans l’esprit notre idéal de fraternité universelle.
Le gouvernement se MOQUE DE NOUS ! Qui trinque? D’abord ces FAMILLES HUMAINES qui ne sont ni des « barbares sanguinaires », ni des « hordes de pilleurs » ou autre, mais des HUMAINS EN DÉTRESSE À UNE HEURE DE LILLE !
LA HONTE !

Partager.