Élection présidentielle 2017 : aller voter pour le camp du progrès social et laïque c’est non seulement possible mais indispensable

9

L’Union des Familles Laïques est une association familiale indépendante des partis politiques. En qualité d’association représentante de toutes les familles sans exclusives, nous respectons une stricte neutralité vis-à-vis des candidats en lice pour l’élection présidentielle et notre mouvement ne donnera aucune consigne de vote ni avant le premier tour ni entre les deux tous et ce, quel que soit le résultat des urnes. Ce n’est pas le rôle de l’UFAL qui restera respectueuse des choix civiques de l’ensemble des citoyens.

Cette neutralité électorale n’est en revanche aucunement une neutralité politique. Notre association défend un projet politique clair, ambitieux et affiché. Il est détaillé dans nos 34 propositions qui ont été adressées à l’ensemble des candidats à l’élection présidentielle et que chacun peut librement consulter. Militer, travailler au quotidien pour l’intérêt des citoyens et des familles, diffuser des points de vue et faire avancer des idées sont et seront toujours des actes politiques. À l’UFAL, notre ligne politique est univoque : lier le combat laïque et le combat social, promouvoir le progrès et l’émancipation de la personne humaine face à toutes les formes d’oppression rétrograde, privilégier la souveraineté populaire contre les intérêts particuliers et mercantiles, réhabiliter l’État et les services publics comme outil politique d’amélioration des conditions de vie, défendre le droit social des travailleurs et la Sécurité sociale, œuvrer pour un transition écologique respectueuse de l’écosystème et des êtres vivants…

Suffisamment de nuances sont présentées dans cette élection avec les projets des 11 candidats pour considérer que chaque citoyen peut voir ses sensibilités politiques représentées. L’élection du premier tour constituera un enjeu majeur, car il préfigure le rapport de force politique qui permettra (ou non) de répondre à des questions d’importance historique et de long terme : la défiance des citoyens vis-à-vis d’un système politique miné par les turpitudes morales, l’accroissement insupportable des inégalités sociales et la progression de la pauvreté, l’emprise du communautarisme religieux et des extrémismes racistes, la montée inquiétante des tensions guerrières en Europe et dans le monde, et enfin l’enjeu écologique, car notre planète est menacée à court terme par le dérèglement climatique et l’épuisement des écosystèmes.

L’élection présidentielle de 2017 n’est pas un spectacle électoral d’affrontements de personnes mais le moment de choisir entre des projets politiques majeurs et antagonistes, et il est de la responsabilité citoyenne de chaque électeur d’aller voter pour un programme politique conforme à ses convictions le 23 avril.

Partager.

9 commentaires

  1. Un peu décevant de la part de l’UFAL cette très bizarre neutralité… Bon, moi je voterai pour Mélenchon et je suis très attaché aux combats de l’UFAL !

  2. Tout d’abord, il est navrant que l’on puisse lire ce que Laloyaux Alain éructe juste avant moi, à 16 h 49.. Avec le souhait que cela traîne le moins longtemps possible, en guise de commentaire, et qu’on puisse lire autre chose que cette haine absolue de ‘la classe politique’, même si certains de ses supposés responsables méritent qu’on les rejette, à défaut de pouvoir les sanctionner plus qu’électoralement.
    Pour le reste, c’est très simple : n’ayant pas le statut d’organisation, j’ai le droit de formuler mon “choix civique de citoyen”, – d’autant plus simple que, même si “suffisamment de nuances sont présentées”, je considère que le nombre de ces “nuances” ne cache pas l’évidence du choix. Je ne reprendrai pas votre formulation des combats à mener car elles sont parfaites… Mais incomplètes peut-être : je vise ici l’abrogation du concordat d’Alsace-Moselle. Mais cette (petite) insuffisance (consciente par excès inhabituel de réserve ?) est comblée par un candidat – un seul à ma connaissance, celui de ‘La France insoumise’ : “Allez, viennent les jours heureux et le goût du bonheur” !

  3. Quand je lis: “Ce n’est pas le rôle de l’UFAL qui restera respectueuse des choix civiques de l’ensemble des citoyens.”
    Afficher son point de vue n’est pas manquer de respect sur le choix de ces lecteurs. Chacun-e peut signaler son vote sans pour autant prétendre avoir raison, et donner tort son voisin au choix différent. Si les adultes engagés se planquent, ce n’est pas sain je trouve. Et même un peu lâche. Dommage de se priver de débats constructifs.

  4. Alain LALOYAUX on

    Si les élections pouvaient changer le système, il y a longtemps qu’elles seraient supprimées… toutefois, loin de moi de les rejeter. Il y a eu assez de morts dans le mouvement ouvrier pour que soit instauré le suffrage universel.

    Mais il n’empêche :

    “Ni dieu, ni maître !!!”

  5. Sans parler de voir l’Ufal prendre parti entre les candidats républicains (encore que comme certains commentaires le soulignent, pourquoi ne pas indiquer un choix, s’il y a en un), il serait indispensable qu’une organisation comme l’Ufal dise clairement qu’elle ne cautionne pas la candidature FN qui n’est pas un parti républicain.
    En effet, il ne suffit pas de jouer le jeu démocratique de l’élection pour pouvoir être adoubé d’un point de vue républicain.
    La préférence nationale, le repli, la négation des droits des étrangers (tels l’AME ou le regroupement familial), la négation aussi de ceux des réfugiés au titre du droit d’asile, ce n’est ni la France, ni la République. Souvenez vous : Il faut nommer le choses pour ne pas augmenter le malheur du monde et quand une idéologie pue le rance il faut le dire et ne rien faire, même le silence, qui puisse la cautionner.
    Le silence de l’UFAL face aux onze candidats, sans exclusion du parti de la haine et de la xénophobie, participe en outre à la dédiabolisation de ce parti. Bravo !
    C’est une vraie incompréhension et une déception terrible.

    • Nicolas Gavrilenko on

      Bonjour,
      si à la lecture de cet article (et bien d’autres) et de nos 34 propositions aux candidats (propositions qui n’ont pas été envoyées à la candidate du FN et qui ne le seront pas non plus aux candidats des législatives qui se réclament de ce parti), on nous soupçonne de ne pas faire de différence entre les candidats en lice et de ne pas exclure le vote FN, c’est à ne rien y comprendre. Rien que le titre écarte beaucoup de candidats ! Par contre, ce n’est pas à nous de donner des consignes de vote : à la vue de ses priorités par rapport aux propositions que nous défendons, chaque citoyen fera son choix en conscience.
      Cela nous paraît la meilleure solution, mais bien sûr cela peut être discuté.
      Salutations laïques,

      • Bonjour
        Tout ce que vous dites est bien entendu exact mais pourquoi ne pas dire explicitement ce qui est ainsi implicite ? Bref, pourquoi respecter le “choix en conscience” du FN, comme s’il était équivalent aux autres, alors qu’il ne l’est pas au regard des principes et valeurs que vous défendez (et nous tous avec vous) ?
        C’est cela qui a du mal à être compris.
        Bien cordialement

  6. A Alain LALOYAUX du 14 avril: “Ni dieux ni maîtres !” Cette profession de foi: “Pour tout ce qui est contre et contre ce qui est pour “: les anarchistes !

    • Alain LALOYAUX on

      Ben oui…
      Mais il nous arrive d’être “contre”, aussi bien que “pour”… “pour” l’autogestion… par exemple !