Glasnost !

0

« Nous avons l’immense plaisir de vous inviter, ce lundi 17 décembre, dans nos locaux de l’avenue d’Iéna (Paris 16ème) pour décider de partager un dividende exceptionnel de 420 M€. »
Ce pourrait être dans ces termes, sur superbe papier tramé au logo du groupe, que l’invitation a été diffusée auprès des actionnaires de la Générale de Santé.
420 M€, soit en toutes lettres 420 millions d’euros, et en tout chiffres 420 000 000 ! Cette somme permettrait la construction de 3 hôpitaux de 500 places avec plateaux techniques super équipés.
A lire le rapport de la cour des comptes 2006 sur la sécu, l’application de la convergence tarifaire (les mêmes règles du jeu capitaliste dans le domaine de l’hospitalisation entre cliniques et hôpitaux) s’est soldée par un transfert de crédits du secteur public (-191 millions) vers le secteur privé (+168 millions). Les 2/3 des hôpitaux sont en déficit !
A lire la revue de presse sur le site de l’Ufal, les assurés sociaux ont contribué en partie aux « bons » résultats qui motiveraient un tel dividende. Le bug informatique de la sécu a permis de passer en profit des remboursements multiples d’un même acte facturé par les cliniques ; le non reversement du forfait 18 euros sur les actes de plus de 91 euros a servi de fond de trésorerie aux cliniques.
Mais est ce vraiment des « bons » résultats, en termes capitalistes qui motivent cette distribution de dividendes à la Générale de Santé ?
A lire le dossier thématique, rien n’est moins sûr. Les prédateurs s’empressent de tirer le maximum de leur proie.
Pendant ce temps là, les assurés sont toujours invités à plus de responsabilisation à l’aide de franchises, forfaits, tickets modérateurs, parcours de soins…et pour bénéficier de prise en charge à 100% pour Affection longue durée (ALD) il faudra être de plus en plus gravement malade.
Mais que fait la CNAM ? Elle rassure : tout serait rentré dans l’ordre.
Et elle intervient le 20 novembre à Paris lors d’une journée d’information des adhérents de la FHP (Fédération de l’Hospitalisation Privée) en la personne du Dr Pierre Fender, directeur du contrôle-contentieux et de la répression des fraudes de la CNAMTS sur les objectifs de l’assurance maladie. Est-ce cela l’indépendance et l’impartialité ?
Nous avons les preuves que tout l’argent n’a pas été rendu !
La sécu nous appartient, exigeons qu’elle réponde à des besoins de santé ; elle n’a pas à servir des dividendes.
Justice ! Transparence !

Partager.

Comments are closed.