Compte–rendu Réunion secteur Santé Protection Sociale du 14 décembre

0

Avant même le début de la réunion, nous avons eu 2 témoignages montrant la gravité des attaques contre la sécurité sociale et l’hôpital public.

  • les dépassements tarifaires sont officiellement beaucoup plus importants que le montant attendu des franchises et 10% de ces dépassements sont de 300%( voir plus) des tarifs (normalement) opposable (à ne pas dépasser).
    Raymond Mari nous a exposé les possibilités d’agir contre ces dépassements abusifs, parfois illégaux et pas toujours facturés avec « tact et mesure » selon la formule consacrée.
  • un chirurgien d’hôpital public révolté par la destruction de l’hôpital où il opère est venu témoigner de ce qui est un véritable détournement du service public au profit des cliniques privées, de la collusion des financiers prédateurs, d’affairistes et de politiques pour avantager des intérêts privés, du système de gouvernance kapo et de son extrême pessimisme sur l’avenir de la chirurgie publique.

Cela entrait en résonance avec l’action menée par Slim Ghedamsi et le secteur santé protection sociale de l’UFAL pour une transparence des tutelles ayant en charge la gestion des fonds de la sécurité sociale solidaire. Le journal l’Humanité a publié 3 pages d’articles (y compris la Une) dans son édition du 13 décembre dernier sur cet engagement.
Voir sur le site de l’Ufal l’ensemble des médias qui ont repris la nouvelle.
Il est à noter que nous avons eu un entretien avec la direction de la CNAM le 13 juin au cours duquel nos interlocuteurs ont minimisé la réalité que nous avons fait connaître par les articles du Parisien et de l’Humanité.

Le passé : nos actions santé, protection sociale
Notre travail a débuté au sein de la commission santé d’Attac dont Bernard Teper a été le coordinateur depuis 2004.
Le travail fourni a été important : participation au réseau mondial pour la droit à la santé (Forum social de Porto Allegre, Réseau Européen pour le droit à la santé), écriture de l’ouvrage collectif paru aux Editions des Milles et une nuits : quelle alternative pour la santé ? 300 réunions publiques,…. Devant le développement des stratégies à fronts larges dont nous avons été l’un des artisans, le travail s’est développé dans des collectifs tels que les Etats généraux de la santé et de l’assurance maladie (EGSAM) avec la création du réseau national et des EGSAM locaux ainsi que l’élaboration du manifeste pour le droit à la santé et à l’Assurance Maladie. Plus récemment le collectif contre les franchises et pour le droit à la santé pour tous a vu l’entrée dans les actions collectives d’associations de malades, de plusieurs mutuelles et de nouveaux syndicats et partis politiques.
Il est maintenant nécessaire de redéployer notre activité pour un maximum d’efficacité alors que la protection sociale est soumise à une destruction systématique et que la droite peut faire enfin ce qu’elle désire : prendre sa revanche sur 1945 (voir l’annonce de D Kessler).
Les prochaines attaques porteront sur les territoires de santé (ARS) et le financement de la protection sociale.
L’avenir : comment s’organiser en 2008 ?

  • continuer à mettre en lumière les scandales de détournement des fonds publics et de destruction de la protection sociale. Pour cela il faut, chaque fois que possible, sortir des communiqués de presse (20 lignes maxi) en même temps qu’un article plus complet dans un de nos différents média, et un dossier thématique permettant d’armer les militants et de favoriser la compréhension « du local au global »sur la marchandisation de la santé et la privatisation du système de santé et de la protection sociale.
  • améliorer la liaison de l’Ufal avec le réseau militant : le 12 janvier, réunion du collectif national contre les franchises médicales, Le collectif national se réunira le samedi 12 janvier 2008 à la Bourse du travail 3 rue du Château d’eau de 9H30 à 17H30 salle Eugène Varlin.
    Les 70 organisations du champ associatif, politique et syndical seront représentées ainsi que les 60 collectifs locaux. Il est important que le maximum d’Ufal locales soit mobilisé. Les relations seront ainsi facilitées pour des actions ultérieures efficaces. Cette réunion « bilan et perspectives » doit préparer la suite de notre action militante.
  • gestion de l’ensemble de notre production intellectuelle : travailler avec un agenda, des thèmes décidés à l’avance, une équipe étoffée. Il convient de créer une véritable équipe de rédaction capable de produite dans le même temps communiqué de presse court + article de presse + dossier. Notre veille doit nous permettre de voir venir les sales coups.
  • éducation populaire : les dossiers thématiques servent à armer les militants, à informer les adhérents et faciliter la mobilisation. Elle doit permettre de fournir des orateurs pour les conférences, des textes pour les média et une boite à outils militants. Il est nécessaire d’avoir un correspondant par Ufal locale (au moins un par département). Il faut préparer l’Université populaire laïque (UPL) de Mazères (09) des 8 à 12 mai prochain sous la responsabilité de Dominique Mourlane et Christiane Causse, ainsi que d’autres actions médiatiques et d’éducation.
  • cultiver nos relations avec le réseau international (OMS, Europe et médicaments, forums sociaux, …..). Nous poursuivrons nos actions pour la défense des biens publics, droit à la santé, globalisation des actions à partir des actions locales, réponse aux attaques et propositions dans le cadre des collectifs.
  • interactions entre nos différents média et les différents secteurs.
    Rappel : Agir Ufal : média interne ; Ufal flash envoyé largement à 28 000 personnes et Ufal santé Protection Sociale envoyé à 7000 personnes, principalement des têtes de réseaux.
    Préparer des numéros jumelés avec d’autres secteurs ne peut être que profitable pour l’Ufal et les idées que nous défendons.

La nouvelle équipe : organigramme.
Avoir une vue d’ensemble et des actions locales, globaliser les actions à partir du local nécessite une réactivité de commando. Il faut être capable d’intégrer les nouveaux venus et d’avoir un peu plus qu’une action d’accompagnement de la crise dans nos actions locales. Pour cela il faut un calendrier et un organigramme.
Nous avons adopté l’organigramme suivant, en attendant les réponses plus précises de camarades de province qui nous ont informés de leur envie de travailler au sein du secteur.

  • Communications media, dénonciation des scandales : Slim Ghedamsi,
  • Préparation du secteur aux évènements (tels que l’UPL), éducation populaire : Bernard Teper, Elisabeth Chamboredon
  • Comité de rédaction du journal UFAL santé protection sociale et CR des actions : Lucette Guibert, Claude Jacquet, Geneviève Bourrely,
  • Pilotage militant : Bernard Teper, René Bistondi,
  • Dossiers thématiques : Raymond Mari (sécu), Claude Jacquet (psy, handicap), Henri Fiquet (hôpital),
  • Veille, connaissance des réseaux néolibéraux : un journaliste d’investigation,
  • Réseau international : Bernard Teper, Lucette Guibert

R : les camarades absents à cette réunion du secteur et volontaires pour travailler sont priés de s’inscrire dans ces commissions.

Partager.

Comments are closed.