Ensemble, associations familiales, enseignants, citoyens, Nous nous opposons fermement aux expulsions de familles d’enfants scolarisés !

0

L’Union des Familles Laïques comme la quasi totalité des associations d’Education populaire de ce pays est scandalisée par la politique REPRESSIVE MENEE A L’ENCONTRE DES FAMILLES SANS-PAPIERS organisée par le Ministère de l’Intérieur avec la bénédiction du président de la République…

Aujourd’hui il ne s’agit plus de grands discours sur la « réduction de la fracture sociale » mais de l’application d’une politique qui va à l’encontre des droits de l’homme.

Des enfants sont séparés de leurs parents, placés en centre de rétention, au mépris du respect de cette Convention Internationale des Droits de l’Enfant votée et ratifiée par la France…

Que deviendront ces enfants en cas d’expulsion de leurs parents ?

L’UFAL participe et participera aux mobilisations  visant à protéger les enfants menacés de déscolarisation et d’expulsion.

Le débat sur la question de l’immigration doit avoir lieu avec clarté, sans précipitation avec l’implication de tous. Ce débat serein et démocratique ne peut avoir lieu que dans un climat apaisé, ce qui suppose qu’un moratoire concernant les expulsions soit établi.

L’UFAL rappelle qu’elle est pour
-la régularisation de tous les sans-papiers pour enfin combattre sérieusement le travail au noir
-une fois faite cette régularisation, de pratiquer une politique restrictive d’immigration pour éviter la concurrence entre systèmes de protection sociale, caractéristique du néolibéralisme actuel
-de pratiquer un néo-protectionnisme altruiste, social et écologique qui permet le développement des systèmes de protection sociale et écologique dans les pays du Sud (des propositions de l’UFAL existent sur ce point)
-de doubler dès maintenant l’aide aux pays du Sud puis de la tripler au bout de 5 ans pour améliorer dans ces pays les systèmes de protection sociale et écologique et de créer des emplois.
-de demander à tous les pays de l’Union européenne de faire de même.

Bernard Teper
Partager.

Comments are closed.