Bientôt la grande crise économique ?

0

L’Allemagne refuse le soutien économique à la Grèce. Le Portugal et l’Espagne sont en grande difficulté. Le FMI est appelé à la rescousse pour la Grèce vu qu’il n’y a pas d’accord européen
Le numéro 2 du FMI John LIPSKY appelle à une lutte prioritaire contre les déficits publics. Il est a rappeler que ces déficits sont des transferts des déficits bancaires et financiers des spéculateurs et autres prédateurs. Il préconise l’affaissement des dépenses sociales, une diminution de la protection sociale et un recul des services publics pour sauver les spéculateurs L’Islande a montré la voie par référendum : 93 % ont refusé la proposition sociale-libérale de remboursement par les travailleurs des méfaits de la finance internationale.
Des parlementaires étasuniens montent en ligne contre le taux de change fixe du yuan (par rapport au dollar) et souhaitent des sanctions contre la Chine si cette dernière ne réévalue pas le yuan. La Chine répond par son ministre chinois du commerce que des sanctions étasunienne ne resteront pas sans réactions fortes de la Chine. Quand on sait que ce sont les Chinois qui financent en grande partie le déficit des EU et que ce financement est la clé de voûte du système actuel, on mesure la fragilité générale de la situation. Une rencontre de trois jours est prévue du 24 au 26 mars entre les deux géants.
Donc nous voila dans le dilemme : soit on accepte que les travailleurs se serrent la ceinture pour que ce système de plus en plus inégal perdure et que les dirigeants du monde continuent à mal gérer ce système, soit il faut d’une manière ou d’une autre refuser les politiques néolibérales et dépasser le turbocapitalisme en direction d’une autre formation sociale, avec un autre mode de production dominant.
En a-t-on parlé durant ces élections en France?

Partager.

Comments are closed.