À défaut de l’adhésion des peuples, l’Union Européenne aura la bénédiction papale !

2

On croyait l’Union européenne débarrassée de ses « racines chrétiennes » par la formule fourre-tout « héritages culturels, religieux et humanistes »(1)Préambule du Traité sur l’Union Européenne : « s’inspirant des héritages culturels, religieux et humanistes de l’Europe, à partir desquels se sont développées les valeurs universelles que constituent les droits inviolables et inaliénables de la personne humaine, ainsi que la liberté, la démocratie, l’égalité et l’Etat de droit » du Traité de Lisbonne. Quelle erreur ! Pour fêter le 60e anniversaire du Traité de Rome, les chefs d’Etats de l’UE (27 après Brexit) n’ont eu rien de plus pressé que de se rendre le 25 mars en pèlerinage au Vatican, pour entendre la bonne parole du chef de l’Église catholique, et recevoir l’onction pontificale.

Atteinte à la liberté de conscience

Au-delà du ridicule bondieusard, il s’agit d’une atteinte flagrante à la liberté de conscience – la première des libertés , donc aux « droits inviolables et inaliénables de la personne humaine » dont se gargarise l’UE ! « Le christianisme », invoqué à tort comme racine de l’Europe, est au moins divisé en trois courants principaux (catholique, protestant, orthodoxe), lesquels se subdivisent eux-mêmes : uniates, « chrétiens d’Orient », « évangéliques », de plus en plus nombreux et inclassables ni chez les luthériens ni chez les calvinistes. Et encore, les anglicans nous quittent !

Quant aux autres religions, elles ne seraient pas incluses dans les « racines » de l’Europe ? Ce qui relève de l’ignorance la plus crasse pour le judaïsme, et l’islam (vecteur unique pendant longtemps de la pensée grecque antique en Europe !). Certes, l’hindouisme, le bouddhisme, le taoïsme, etc. sont des produits d’importation : ils n’en constituent pas moins des « religions », terme qui ne connaît aucune définition juridique, et qui inclut donc également le pastafarisme(2)Religion proclamant (histoire de dénoncer le créationnisme) que le monde aurait été créé par un monstre volant fait en spaghettis : pour l’honorer, ses adeptes sont tenus de se coiffer d’une passoire. ou le jediisme(3)Religion inspirée de Star Wars, dont les adeptes « jedis » célèbrent « la Force ». Mention spéciale à l’Ordre Jedi de Metz (Moselle) qui « dénonce la confusion entre croire et savoir », et demande son intégration dans les initiatives « interreligieuses » prises en terre concordataire..

Et ceux qui ne se réclament d’aucune religion, ils n’existent pas ? Ils sont pourtant majoritaires en Europe ! Selon une enquête WIN/Gallup d’avril 2015, 51 % des Européens de l’Ouest sont sans religion ou athées : 78 % et 77 % pour les Suédois et les Tchèques, 66 % pour les Néerlandais, 48 % pour les Belges. En France métropolitaine, l’étude de l’INED Trajectoire et Origines dénombrait, en octobre 2015, 45 % d’incroyants, et 12 % complètement détachés des religions – soit 57 % non concernés par un culte !

…Mais à quoi bon invoquer la réalité des chiffres ? N’y aurait-il qu’un seul incroyant sur les 510 Millions d’habitants de l’Union européenne (Royaume-Uni compris), le principe de liberté de conscience imposerait toujours qu’il soit traité à égalité avec tous les autres citoyens par les pouvoirs publics européens ! Autrement dit, que les chefs d’Etat, censés représenter l’intérêt général, ne privilégient aucune conviction religieuse particulière, quelle qu’elle soit.

Le Président de la République française, quant à lui, était en état de péché mortel – plus sérieusement, d’infraction au principe constitutionnel de laïcité, qui lui interdit de « reconnaître » aucun culte !

Retour au péché originel de l’Union : le cléricalisme

Passons sur les titres de la presse (Paris-Match) évoquant le renouvellement par les chefs d’Etats de « leurs vœux de mariage, malgré le divorce » du Royaume-Uni : c’est oublier qu’en France, depuis le 20 septembre 1792, le mariage, acte civil, ne nécessite plus une bénédiction religieuse. Pourtant, ce titre niais est assez fidèle à l’initiative des dirigeants européens, qui renoue avec les origines cléricales de l’Union. Origines qu’illustre son drapeau, inspiré, selon son dessinateur lui-même, d’une médaille de la Vierge (la couronne mariale, avec 12 étoiles ne varietur, comme 12 apôtres…). Mais les vrais enjeux sont ailleurs, excellement mis en lumière par le discours prononcé à cette occasion par le pape.

Jorge Mario Bergoglio a égrené les citations de ceux qu’il appelle les « Pères fondateurs » (comme on dit « les Pères de l’Eglise »), il y a 60 ans : P.-H. Spaak, A. de Gasperi, J. Luns, K. Adenauer – la fine fleur de la démocratie chrétienne ! En effet, le baptême du Traité de Rome fut arrosé d’eau bénite. De Gasperi jurait que la Communauté Economique Européenne était fondée sur « la personne humaine avec son ferment de fraternité évangélique » (sic), ce qui permet au pape de renchérir sur « sa dignité transcendante et inaliénable ». Bref, l’évangile et la transcendance servent de suppléments d’âme à l’Europe des marchands : la finance et le goupillon ! Il faut, dit le pape, qu’en plaçant « l’homme au centre de ses préoccupations », «  l’Europe retrouve l’espérance » éminente vertu théologale, mais bien peu séculière (les autres sont : la foi et la charité) !

Or les faits démentent ce personnalisme chrétien de façade : 60 ans plus tard, aucune construction politique « immanente », ni aucune citoyenneté européenne n’ont encore émergé. Faute d’aimer l’Europe, certains la quittent, d’autres y songent…

Fonder ainsi le lien politique sur la religion relève de la pure régression intellectuelle. C’est ignorer volontairement ce que sont, depuis au moins Spinoza et Locke, les « bases politiques, juridiques et sociales de notre civilisation » (Joseph Luns), dont pourtant affirme se réclamer le pape ! C’est nier la sécularisation progressive et irréversible des institutions, voire la laïcité dans certains pays.

Prosélytisme et récupération

Mais non content de bénir le temple de la « concurrence libre et non faussée », l’évêque de Rome en a profité pour se livrer à un peu de prosélytisme – lui, au moins, était dans son rôle ! Il professe que « la Bible nous offre une méthode pédagogique » qui permet de comprendre le temps que nous vivons grâce au passé. Tiens ? Se fonder pour cela sur l’histoire serait donc le propre des mécréants ?

Et revoilà les « racines chrétiennes » ! Le pontife cite de Gasperi (1954) : « à l’origine de la civilisation européenne se trouve le christianisme », sans lequel, ajoute-t-il, « les valeurs occidentales (…) deviennent complètement incompréhensibles. » Suit une citation du pape Wojtyla (dit Saint Jean-Paul II) définissant « l’âme de l’Europe » par les « valeurs chrétiennes et humaines, (…) de la dignité de la personne humaine, du profond sentiment de la justice et de la liberté, du travail, de l’esprit d’initiative, de l’amour de la famille, du respect de la vie, de la tolérance, du désir de coopération et de paix ».

On sourira au dépassement de toute lutte des classes par la formule « le travail, l’esprit d’initiative » – mais l’on s’inquiètera de ce que recouvrent « l’amour de la famille », « le respect de la vie », « la dignité de la personne humaine ». Traduisons donc, pour les lecteurs angéliques qui seraient tentés de ne pas voir en quoi le pontife actuel reprend dans bien des domaines la ligne de ses prédécesseurs. « L’amour de la famille » (« première et fondamentale cellule de la société » précise Mgr Bergoglio) nous a valu en France « la manif pour tous » contre les droits des couples de même sexe (et probablement la victoire de François Fillon à la primaire de la droite). Quant au « respect de la vie », et à la « dignité de la personne humaine », ils servent d’alibis à la lutte farouche contre l’IVG et les droits des femmes que mène l’Eglise catholique, notamment au niveau de l’Union européenne, où elle a pignon sur rue. En effet, pour le Vatican, la vie commence dès la conception, et le fœtus est une personne humaine réelle…

Certes, on ne peut que saluer l’incitation papale à l’ouverture aux migrants, mais comment ne pas dénoncer, une fois de plus, la savante et impudique récupération par la hiérarchie catholique de thèmes apparemment humanistes, mais habilement détournés de leur signification historique ? La civilisation dite occidentale s’est formée de façon à peu près constante contre la domination spirituelle et temporelle de l’Eglise : humanisme, Réforme, Lumières, Révolution(s), République, socialisme : autant de moments émancipateurs pour « la personne humaine » qui se sont vus fustigés, condamnés, ou combattus par le Vatican.

L’onction pontificale ne suscitera certes pas le « désir d’Europe » des peuples de l’Union largement sécularisés, et il est douteux que la démarche cléricale de leurs dirigeants contribue à renforcer leur confiance dans leurs personnes, et dans les institutions qu’ils représentent. Aucune construction durable et démocratique ne peut se faire contre la liberté de conscience !

Un geste de fraternité laïque et humaniste de l’UFAL

Nous signalons aux services de traduction du Vatican une erreur dans la version française du discours pontifical, au début de la deuxième partie. Dans une société « authentiquement laïque », fait-on dire au pape, trouvent également place « le natif et l’autochtone ». Or les deux mots sont strictement synonymes ! Même erreur dans les versions espagnole et italienne. En revanche, les versions allemande, anglaise, polonaise et portugaise sont fidèles à la pensée du pape, qui désigne bien « le migrant et l’autochtone » (l’on sera sur ce point d’accord avec lui). Merci l’UFAL !

Note(s)   [ + ]

1. Préambule du Traité sur l’Union Européenne : « s’inspirant des héritages culturels, religieux et humanistes de l’Europe, à partir desquels se sont développées les valeurs universelles que constituent les droits inviolables et inaliénables de la personne humaine, ainsi que la liberté, la démocratie, l’égalité et l’Etat de droit »
2. Religion proclamant (histoire de dénoncer le créationnisme) que le monde aurait été créé par un monstre volant fait en spaghettis : pour l’honorer, ses adeptes sont tenus de se coiffer d’une passoire.
3. Religion inspirée de Star Wars, dont les adeptes « jedis » célèbrent « la Force ». Mention spéciale à l’Ordre Jedi de Metz (Moselle) qui « dénonce la confusion entre croire et savoir », et demande son intégration dans les initiatives « interreligieuses » prises en terre concordataire.
Partager.

2 commentaires

  1. Leslie-keeryan O'Cankly on

    Quel crédit à accorder à un chef dont l’Etat a été créé par le régime fasciste de Mussolini avec les accords de Latran? Aucun! Au nom des valeurs fondatrices et fondamentales, du principe de laïcité intangible et de la devise de la République française, l’Etat du Vatican doit être combattu et non pas courtisé jusqu’à son exclusion de l’Union européenne!

  2. Bonjour
    Je ne pense pas que l’Etat du Vatican soit membre de l’Union européenne et que donc il faille l’en exclure !
    Il s’agit d’un Etat qui a simplement « choisit » l’euro comme monnaie me semble t-il et, ce, depuis que la lire a disparu en Italie.
    Il s’agit d’une « monarchie absolue » selon les accords de Latran de 1929 et donc son adhésion à l’UE eût été impossible car ce type de régime, non démocratique, est contraire aux valeurs de l’Union et en conséquence un obstacle à toute possibilité d’adhésion. Cordialement