Marche Pour La Vie : une marche des fiertés conservatrices

18
Nous relayons cet article qui a été publié, le 24 janvier 2017 sur le site du Collectif Droits des femmes contre les extrêmes droites avec lequel l’UFAL est partenaire.

Dimanche avait lieu la « Marche pour la vie », c’est-à-dire en traduction, une marche contre l’avortement, mais aussi contre tout protocole permettant aux personnes en fin de vie de mettre fin à leurs jours si elles le souhaitent (dénommée “euthanasie”). Elle était organisée par une série de mouvements catholiques intégristes, comme la fondation Jerôme Lejeune(1)www.droitsfemmescontreextremesdroites.org/spip.php?article30 et soutenue par le pape ou par SensCommun(2)www.droitsfemmescontreextremesdroites.org/spip.php?article15. Civitas était bien sûr présent(3)www.droitsfemmescontreextremesdroites.org/spip.php?article38. Lire aussi.

A première vue, le rassemblement occupait un quart de la place Denfert-Rochereau donc bien moins que les chiffres annoncés (50 000). Il donne l’impression d’une uniformité sans faille, comme un regroupement de clones. Pas plus de quatre ou cinq pancartes différentes, aux couleurs vives, du rose, du bleu, du jaune, sont massivement distribuées, accrochées aux poussettes. Les ballons, tout aussi colorés, ornent les stands et les véhicules, et sont religieusement mis avec les pancartes dans les mains d’enfants trop jeunes pour comprendre de quoi il en retourne. Dans la foule complètement homogène et indifférenciée apparaissent ici ou là des religieux-ses. Celles et ceux qui ont apporté des drapeaux français ou qui ont fait leur propre carton semblent avoir été audacieux-ses : des images de Jésus et de la Vierge Marie côtoient alors les messages pastel et la masse aux habits sombres d’hiver. Comme pour Les Manifs Pour Tous, d’autres portent en étendard leur origine géographique.

Le décalage entre la communication voulue par les organisateurs de la Marche et les personnes présentes se révèle encore plus grand quand le cortège démarre. Au-delà du carré de tête, emmené par Philippe de Villiers, les quelques banderoles (sur lesquelles figurent dans les mêmes tons les messages des pancartes) partagent le défilé en plusieurs groupes, chaque groupe ayant son char rempli de ballons qui envoie les décibels. Entre deux chansons, un speaker égraine les terroirs en criant : « Limougeauds, est-ce que vous êtes la ? » Pas de réponse, la musique reprend. Les chars, les couleurs arc-en-ciel, la musique assourdissante, c’est une véritable marche des fiertés. Une “Réac Pride” emmenée par Christine Boutin. Et ça sonne terriblement faux. Gaël Brustier analysait les « manifs pour tous » avec un oxymore, le “Mai 68 conservateur”, avec sa mise à distance apparente de l’autorité (religieuse), avec ses slogans « On veut du sexe, pas du genre »(4)Gaël Brustier, Le Mai 68 conservateur. Que restera-t-il de La Manif Pour Tous ?, Éditions du Cerf, 2014. Ici, nous avons une marche des fiertés conservatrices.

L’ambiguïté calculée d’un « IVG tous concernés » nous rappelle que cette forme qui n’est pas celle des traditionalistes sert la confusion sur le fond. Alors que La Manif Pour Tous (Manif est un mot marqueur de gauche, tandis qu’il faut traduire le « pour tous » comme une exclusion des homosexuel-le-s de leur droit) faisait crier à ses petits soldats « Première, deuxième, troisième génération, tous des enfants d’hétéros » (et non d’immigré-e-s, comme dans les manifs antiracistes)(5)Lire de Marie-Anne Paveau, « Les lignées discursives de la Manif Pour Tous », sur le carnet « La pensée du discours » rien officiellement n’indique ici que La Marche Pour La Vie demande l’abrogation de la loi Veil de 1975. Il suffit pourtant d’écouter les « depuis 40 ans on tue des enfants en France », ou Philippe De Villiers déclarer que l’avortement est un crime pour casser le très millimétré unanimisme de façade. Dans le cortège, les porte-drapeaux de l’Action Française ont plutôt choisi l’étendard du roi, tandis que les crânes rasés de Génération Identitaire ont leurs autocollants qu’ils mettent sur les poteaux. Dans la foule, les députés nommés pour leurs bonnes actions au Parlement sont applaudis, Marion Maréchal-Le Pen semble l’emporter à l’applaudimètre. Les chars crient la doxa : “on force les femmes à avorter”, les pancartes multicolores de la foule et des poussettes répondent « IVG, dire la vérité, c’est dissuader ». Les communicants chapitrent sur la récente loi d’extension du délit d’entrave, considérée comme interdisant l’opposition à l’IVG, les scouts promettent aux micros d’être délinquants. Au fond du cortège, SOS Tout-Petits, qui a la cohérence d’être réactionnaire autant sur le fond religieux que sur la forme avec ses prières ses cantiques, parfois en latin, est soigneusement tenu à l’écart par un service de logistique aux blousons orange flashy. L’amour pour les femmes enceintes, dit, déclamé, répété, proclamé, ressassé à longueur de discours, paraît aussi artificiel que l’amour que portait Frigide Barjot et La Manif Pour Tous aux homosexuel-le-s.

Il y a deux différences entre eux et nous. La première, et elle est irréductible car dogmatique, c’est qu’ils considèrent que l’amas de cellules (pour le dire de manière la plus neutre possible) est une personne dès sa conception. Et donc que l’avortement est un meurtre. La seconde est politique. Nous voulons les égales liberté et dignité des femmes et des hommes, garanties par des droits effectifs, et ceci passe nécessairement par la maîtrise de son propre corps. Il n’y a pas de maîtrise de son propre corps sans contraception ni avortement. Eux veulent un monde dicté par une vérité transcendante qui s’impose aux humains, surtout si ce sont des femmes. Cette opposition de raison et de conscience n’est pas symétrique. Malgré tous les désaccords, eux ont une place dans un pays républicain et universaliste, dans un pays de liberté, d’égalité, de fraternité et donc de laïcité, dans lequel le droit régule nos différences. Nous n’avons pas de place dans leur monde dogmatique, qui écrase les personnes qui ne rentrent pas dans la masse homogène.

Ce qui frappe en observant cette marche, c’est son absence totale de spontanéité, de pluralisme, bref, de vie. Les gens y crient quand les micros le leur disent, sifflent quand les micros le leur commandent. La vérité unanime est imposée sur les pancartes pastel distribuées à l’entrée. Les personnes y sont écrasées par la communication, par l’image artificielle qu’il s’agit de donner. D’autant plus frappant quand on compare à la Women’s March de la veille. L’opposition féministe à Trump s’est caractérisée partout dans le monde par des slogans différents, les cartons étaient souvent fait main et personnalisés, marquaient la colère, l’amour, la sororité, la solidarité, l’inquiétude, l’humanité. Aux chants repris en cœur répondaient d’autres chants, les drapeaux variés marquaient les différences dans le cortège. Dans ces « march » se sont retrouvées plusieurs millions de personnes, dans plus de soixante pays, dans près de sept cents défilés.
. La vie n’est riche que quand elle est plurielle, spontanée et remplie de multiples dimensions. La politique a pour tâche de permettre l’articulation de ces dimensions pour donner à chacun-e ses chances de mener une vie bonne. La vie est mutilée sinon.

En voyant cela, on peut rappeler un petit texte de Theodor W. Adorno, dans ses Minima Moralia. Dans ce livre de 1951 au sous-titre étonnamment pertinent ici, tant la vie des femmes peut être diminuée par les dogmatismes, Réflexions sur la vie mutilée, l’auteur se demande comment des personnes en viennent par conformisme à renoncer à leur liberté, au politique, à accepter fatalement les vents mauvais de la fortune. Si le philosophe de l’École de Francfort visait le contexte allemand des années 1930, son texte éclaire sur cette promotion de la haine de sa propre individualité et des autres érigé en norme morale.
Parlant des hommes d’Oxford condamnés à se nier eux-mêmes et à se conformer au moule viriliste pour s’intégrer, Adorno écrit :

« Les joies que connaissent les hommes de ce type … ont toutes en elles quelque chose d’un acte de violence latente. Il semble que cette violence vise les autres… Mais il s’agit en vérité d’une violence qu’il s’est faite à lui-même. S’il est vrai que tout plaisir dépasse en les intégrant des déplaisirs anciens, ici c’est le déplaisir lui-même qui est comme tel directement élevé au rang d’un plaisir stéréotypé, en tant qu’orgueil du déplaisir surmonté… Ces mâles seraient donc bien, au fond d’eux-mêmes… des masochistes. Leur sadisme est un mensonge, et ce n’est qu’autant qu’ils mentent qu’ils deviennent véritablement des sadiques, c’est-à-dire des agents de la répression… C’est dans une telle désintégration qu’il faut chercher le secret de l’intégration, c’est-à-dire du bonheur de l’unanimité dans l’absence de bonheur. »(6)Theodor W. Adorno, Minima Moralia. Réflexions sur la vie mutilée, Petite bibliothèque Payot, 2003.

Dans l’entre-soi confortable de l’intégrisme religieux, où chacun-e aurait la même morale intériorisée dans un pays bien homogène, tout extérieur, tout pluralisme, est considéré comme destructeur, toute liberté devient néfaste : « Le féminisme tue » lisait-on sur un sac distribué par l’un des mouvements organisateurs, « Les survivants ». La liberté, qui consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui, tuerait donc. En particulier quand elle est donnée aux femmes. La nouveauté avec La Manif Pour Tous ou la Marche Pour La Vie version 2017, c’est que cette haine s’exprime dans la communication artificielle au nom de la liberté.

Dans le monde, ce ne sont pas moins de vingt millions d’avortements clandestins qui sont réalisés, une femme en meurt toutes les neuf minutes. Si les conditions matérielles expliquent souvent l’avortement, les femmes avortent en nombre comparable dans les pays où il est légal et où il est illégal. Elles veulent donc la maîtrise de leur propre corps, de leur sexualité, pas seulement des conditions de vie dignes. A nous de choisir l’amélioration des conditions de l’avortement.

Note(s)   [ + ]

1. www.droitsfemmescontreextremesdroites.org/spip.php?article30
2. www.droitsfemmescontreextremesdroites.org/spip.php?article15
3. www.droitsfemmescontreextremesdroites.org/spip.php?article38
4. Gaël Brustier, Le Mai 68 conservateur. Que restera-t-il de La Manif Pour Tous ?, Éditions du Cerf, 2014
5. Lire de Marie-Anne Paveau, « Les lignées discursives de la Manif Pour Tous », sur le carnet « La pensée du discours »
6. Theodor W. Adorno, Minima Moralia. Réflexions sur la vie mutilée, Petite bibliothèque Payot, 2003.
Partager.

18 commentaires

  1. En tout cas, quoi qu’on en dise, ce « petit mouvement » a montré qu’il mobilise plus de personnes que dans n’importe quelle autre manifestion. De surcroît sans violence.

    • Gigi,
      Par un droit de réponse et de vérité.
      Et aussi pour défendre coûte que coûte le droit à la vie jusque dans les petites structures comme la vôtre de très peu d’adhérents.
      L’ enfant à naître, cet enfant innocent, à aussi des droits dont le droit de vivre.
      Ce combat nous le menons et continuerons de le mener dans le calme et la non-violence.
      Avec mes cordiales salutations

      • si vous êtes comme vous dites si respectueux de la vie ,vous devez déjà respecter la vie des autres ,nous n ‘avons pas tous les mêmes croyances sur cette terre ,alors n’imposez pas votre point de vue au reste du monde
        Cette vérité ,c’est la votre ok ;mais pas la vérité universelle parole d’une maman de 4 enfants ,mamie de 9 petits enfants et très bientôt arrière mamie avec fierté ,car ma petite fille qui va donner la vie ,le fait par choix et pas par obligation

  2. Félicitations ! Je rends grâce à Dieu que votre maman ait fait le bon choix. C’est heureux pour vous et votre progéniture, et nous ne serions pas entrain de nous parler !

    • vous voulez rire maman elle n’a pas eu le choix à 24 ans elle etait déjà mère de 3 enfants à 26 ans vu son veuvage elle a épousé un veuf avec 4 enfants donc 26 ans = 7 enfants et ensuite elle en a eu 5 autres ,vous croyez quelle à eu le choix ? pauvre imbécile ! Si elle avait eu le choix sur que je ne serais pas venue au monde mais elle elle aurait eu surement une vie de meilleure qualité .Le choix de faire plein d’enfants ;c’est bon pour les bourgeois ,mais pour le « peuple  » de base dont je fais parti c’est une victoire de pouvoir faire le choix d’en avoir peu
      plus la peine de me répondre ,je ne discuterai plus avec vous ,vous étes englué dans vos principes imbéciles qui veulent imposer au reste du monde leur mode de vie ,laissez les autres vivre comme ils le désire et vous faites ce qui vous plais

  3. Bebert et Gigi

    Droit de réponse, tout à fait. Droit de la vérité – laquelle ? La vôtre, Bébert ? Donc, une vérité parmi d’autres. J’attends des preuves que la vôtre est la bonne …

    L’enfant à naître a des droits ? Le premier de tous étant … de ne pas naître. Je veux dire : de ne pas même avoir été conçu.

    DES DROITS, les enfants ? Ont-ils choisi de venir au monde ? Peut-être ont-ils été désirés par leurs parents -le meilleur des cas, quoique …(voir plus loin), mais peut-être pas … Le pire des cas : une fille très jeune, qui, par ignorance, ou insouciance, ou sottise, se fait violer ou accepte de « se laisser faire ». S’ensuit un enfant …

    Combien de milliers de cas rencontre-t-on ainsi de bébés qui surviennent sans qu’on les ait voulus, avec une mère pas du tout prête à assumer ce qui lui arrive …
    Combien alors sont « élevés » à la va comme j’t’e pousse, subissent toutes sortes de privations et de maltraitances, car n’est-ce pas, il faut leur montrer le « droit chemin » …

    Le droit chemin, ce sont les ADULTES qui devraient le suivre !!!
    Je vais parler des cas négatifs (car heureusement tout n’est pas noir) :
    QUI met en route un enfant sans l’avoir désiré ? QUI peut être intolérant, violent, malhonnête, fraudeur, menteur, mégalomane, raciste, arrogant, et j’en passe … QUI provoque des conflits, des guerres, des atrocités, QUI ose parler du DROIT DES ENFANTS, quand dans certaines zones du monde on les « pond » à tire-larigot, parce qu’on n’a jamais su qu’il y a des moyens de contrôle des naissances, ou parce que, par idéologie, on ne VEUT PAS les utiliser, et ces pauvres petits vont grossir les rangs des malheureux, mal nourris, ne connaissant que la guerre, la peur, la fuite …
    Ah! ça oui, quel sort enviable !!!

    A leur naissance, puis dans les premiers mois, les toutes premières années de leur vie, les petits NE SONT NI violents, NI intolérants, NI racistes, etc … Et si ensuite certains prennent un mauvais tournant, j’en ACCUSE les ADULTES, qui les élèvent en dépit du bon sens, qui par leur attitude inadaptée SONT RESPONSABLES du changement !

    Je répète : le droit des enfants à la vie ??? A une vie heureuse, épanouissante, je veux bien …

    Pensez-vous VRAIMENT qu’actuellement les conditions sont réunies pour qu’ils aient des visages souriants ??????????……………….

    Et l’on ose décider de la présence ou non d’un nouvel être humain sur la Terre, et l’on ose discuter savamment du pourquoi et du comment, et du sexe des anges, et l’on se prend pour un être sensé et raisonnable …

    J’en suis malade, de constater ce que sont devenus certains adultes !!!

  4. Gigi, je ne vous permets pas de m’insulter.
    Evidemment, ce n’est pas avec la haine débordante des gens tels que vous qu’il peut y avoir des militants pour la vie.

    • je ne suis pas haineuse ,contrairement à vous ,j’aime tout le monde et les animaux ,mes petits enfants m’adorent ,j’aide mes voisins agés sans contrepartie et après tout je n’ai pas à me justifier envers vous ,je ne vous est pas insulté je vous ai juste qualifié ,les gens qui veulent imposer leurs idées au reste du monde sont pour moi des imbéciles ,je n’en démords pas .La haine débordante comme vous dites si bien et de votre coté
      sur ce cher monsieur je ne vous salue pas je vous laisse a vos idées d’un autre age

  5. A Gigi

    Mon commentaire, Gigi, a été écrit AVANT que je puisse lire le vôtre, bien qu’ici il soit placé APRES votre « merci », et je comprends donc pourquoi vous me remerciez ! Je constate que nous sommes à peu près sur la même longueur d’ondes, et que le refrain « droit à la vie » vous mette en colère autant que moi !
    Je suis bien contente de vos réactions vis-à-vis de BEBERT, (qui sont certes très critiques mais pas insultantes), et je pense que toutes les deux nous sommes loin d’être les seules à réagir ainsi !

    Voyez-vous, j’ai 2 petits-enfants, que j’adore, c’est peut-être cela qui m’a incitée à m’intéresser aux enfants, et je lis beaucoup d’ouvrages ou d’articles à leur sujet (par des pédiatres, des psychologues, des médecins scolaires, etc …). Dans la grande majorité des cas, ils prennent tous la défense des enfants, expliquant et dénonçant à quel point les adultes SE FOURVOIENT au cours de l’éducation qu’ils leur donnent, toutes les idées reçues que l’on répète à tort et à travers, sans réfléchir ! …

    Je serais très intéressée d’échanger avec vous, mais il y a trop à dire, impossible ici !

    Je vais simplement souligner deux réflexions qui me viennent souvent à l’esprit (entre autres lorsque je lis des insanités concernant la fessée, les règles de vie en famille, la nécessité de punir, etc …) :

    – à chaque fois que l’on parle ou agit avec un enfant (je pense à un cas négatif), imaginons qu’à sa place se trouve un adulte … Comment ferions-nous ? autrement ? pas autrement ??? A table en famille, votre belle-soeur renverse son verre de vin sur la nappe … vous lui donnez une GIFLE, une FESSEE ?

    – lorsque les BEBERT de la « Marche pour la vie » défilent contre l’IVG, ont-ils pensé au-delà de leur idéologie ? regardent-ils les infos ? remarquent-ils toutes ces images abominables de tueries, de massacres, de fuites pour échapper à la guerre ? et les milliers d’enfants autour des adultes ? si jeunes et vivant déjà dans la peur, la vision de la mort, la faim, etc … ? c’est POSITIF pour leur éducation,n’est-ce pas ??? que pensent-ils du monde, de leurs parents et autres adultes ? ETAIT-IL NECESSAIRE qu’ils soient nés ? quel est leur « droit à la vie » dans ces conditions ?

    JAMAIS jusqu’ici je n’avais lu ni entendu de réflexions au sujet d’une démographie inquiétante, sur une Terre non élastique … Economie, agriculture, développement responsable, bio, appels aux dons de la part de nombreuses ONG, reforestation, bref, nos savons tout, tout, tout, sur les solutions pour s’en sortir …!

    Et une démographie DECROISSANTE, ce ne serait pas une solution de plus ??? A présent, on COMMENCE tout juste, tout doucement, à en parler …

    Le « DROIT A LA VIE », commencez donc, mesdames et messieurs les défileurs égoïstes, par la réclamer POUR TOUS, et défilez pour l’arrêt de TOUTES les guerres, de TOUTES les persécutions (racistes ou pas), de TOUS les conflits, faites tomber TOUS les dictateurs, TOUS ceux qui refusent la VIE à leurs opposants – il y aura ainsi beaucoup plus de monde sur Terre, (ce qui n’est pas forcément souhaitable) , mais laissez donc tranquilles, dans le néant, des enfants qui naîtraient pour SOUFFRIR !

    SOUFFREZ donc vous-mêmes, puisque vous n’êtes pas capables d’utiliser votre intelligence à éviter l’enfer sur Terre !

    • merci Annette ,cela me réchauffe le coeur de voir une personne aussi intelligente ,réagir avec tant d’humanité ,
      oui ! ceux qui défilent pour la vie d’amas de cellules qu’ils appellent « un bébé » serons les premiers a critiquer une pauvre fille enceinte sans être marié ,mais ils n’élèverons pas leur voix pour s’insurger contre la guerre , la torture ,la famine , les mauvais traitements ,les petites filles violées ,ils ont le coeur aussi étroit que l’esprit ,un embryons ne souffre pas ,un bébé secoué par un père ivre ,coléreux çà ,cela ne les dérangent pas etc etc …………… je m’arrête là car la litanie est trop longue

  6. Mon dernier mot:
    Annette et Gigi qui voulez vous faire passer pour des personnes respectueuses de l’humain (avec un visage de démon derrière un masque d’ange?):
    Ce pour quoi vous militez n’est pas un droit mais un crime contre l’humanité – 250 000 morts par an.
    C’est pour cela que je continuerai, avec les associations pro-vie, à dénoncer ces crimes par toutes sortes d’action.

    Au modérateur:
    Je vous remercie de ne pas m’avoir censuré comme d’autres blogs qui ne s’en privent pas.

  7. A Bebert

    250 000 morts ? Non, monsieur, 250 000 embryons dont on a stoppé l’évolution. Peut-être parce que les personnes qui l’ont fait avaient de bonnes raisons de penser qu’un être humain de plus n’était pas nécessaire – et je rappelle qu’un embryon n’est pas encore un bébé.

    Morts pour morts, je reprends mon précédent post : QUAND allez-vous défiler pour les milliers, voire millions, de morts causés par les guerres, les persécutions, les attaques racistes, les fanatismes, les mégalomanes, et j’en passe …

    J’en conviens, ce serait beaucoup plus difficile à réaliser que de défiler en faveur de faibles créatures non encore nées, et qui ne demandent rien.

    Les autres morts, eux, de vraies personnes, auraient sûrement préféré continuer à vivre …

    Ainsi, Gigi et moi avons des visages de démons … Chic chic chic ! Si seulement il n’existait pas d’autres démons que nous, la Terre redeviendrait un nouvel Eden … !

    C’était aussi mon dernier mot, monsieur Bebert. Inutile de continuer sur ce terrain, le mieux est de nous ignorer désormais.

    • bonjour cher petit « démon » comme tu dis des démons comme toi il en faudrait beaucoup plus et la paix régnerait peu être sur cette terre de misère
      chère Annette

  8. A Gigi

    C’est vraiment très gentil de me dire tout cela, j’en suis touchée et je t’en remercie de tout coeur (dans le billet précédent, tu me tutoies, donc je fais de même, car cela ne me dérange nullement, au contraire, lorsque ça vient du coeur!).

    Hélas nous ne pouvons pas grand-chose contre tous ces gens comme Bébert, qui pensent, non par eux-mêmes, mais poussés par une idéologie, qui leur tient lieu d’intelligence ! Les idéologies, l’éducation basée sur des principes rigides, les idées et croyances qui sont inculqués à beaucoup d’enfants, tout cela façonne et marque leur esprit, et il faut beaucoup de ténacité et de volonté à certains d’entre eux pour rejeter tout cela, lorsqu’ils ont commencé à REFLECHIR, à chercher à comprendre, à écouter leur raison d’abord !

    Et puis il existe beaucoup de personnes qui au contraire sont en empathie avec leurs « frères humains », (expression célèbre d’un écrivain, mais je ne me rappelle plus qui …). Beaucoup de gens agissent, s’engagent, dans l’aide humanitaire ou simplement dans leur famille ou leur entourage, donnent de leur temps et de leur énergie à ceux qui en ont besoin ! Ce sont eux les « humanistes »,à mes yeux. La solidarité n’a pas disparu, mais on la trouve bien plus chez les simples citoyens que chez les hommes politiques, « l’élite » prétendue, l’élite courant après le « pouvoir », sa drogue …!

    Chère Gigi, nous ne sommes pas les seules à compatir, à nous élever contre la bêtise, le fanatisme, la cruauté, l’égoïsme, la soif de pouvoir, la mégalomanie et le mépris total des êtres humains; nous sommes nombreux, et il suffit de voir comment se forment en ce moment les manifs, les protestations, les descentes dans la rue !

    Tout le problème est de parvenir à VAINCRE ceux qui détruisent la Terre et ses habitants! de finir par être plus forts qu’eux, de leur arracher enfin leurs idées abominables pour les remplacer par l’humanisme et la solidarité.

    Il y a du pain sur la planche !!!

    Bien amicalement à toi.

    • pardon d ‘avoir tarder pour te répondre ,mais ,j’avais une pleine maison d’enfants et petits enfants tout le week end
      merci d’être comme tu es ,cela me redonne espoir en l’humain
      dommage de ne pas pouvoir se contacter autrement ,j’aimerai beaucoup continuer à te lire

      amicalement