Politique familiale et candidatures aux présidentielles

1

Le 1er mars dernier, l’UFAL a envoyé aux candidats à l’élection présidentielle 2012 des questions sur plusieurs thématiques qui préoccupent les citoyens et leurs familles.

Comme nous nous y étions engagés, nous publions aujourd’hui les réponses qui nous sont parvenues. Seuls Nicolas Dupont-Aignan et Philippe Poutou nous ont adressé une réponse. Ce sont donc deux visions et deux projets très éloignés l’un de l’autre que nous rendons publics, et, il faut bien le dire, sans grande convergence avec les positions défendues par l’UFAL ou ses orientations.

Dans le cadre d’une démarche similaire, l’UNAF a elle aussi adressé un questionnaire aux candidats à l’élection présidentielle et publié leurs réponses. Six candidats ont répondu à ce jour : Marine Le Pen, Nathalie Arthaud, Nicolas Sarkozy, François Hollande, Jean-Luc Mélenchon, et François Bayrou. Avec les réponses adressées à l’UFAL, ce sont donc 8 candidats sur 10 qui ont exprimé leur projet et leurs propositions en matière de politique familiale, mais aussi sociale, économique et fiscale.

Après analyses des différentes réponses, l’UFAL note avec satisfaction des convergences entre ses positions et certaines propositions de deux candidats, dont voici les plus significatives :

Pour le candidat du Parti Socialiste :

  • « C’est pourquoi nous baisserons le plafond du quotient familial de 2300 € à 2000 € ce qui permettra de financer une augmentation de 25 % de l’allocation de rentrée scolaire (ARS) »
  • « L’ouverture du mariage aux couples de même sexe répond à une exigence d’égalité »
  • « J’ouvrirai l’accès aux techniques d’assistance médicale à la procréation à tous les couples »

 
Pour le candidat du Front de Gauche, les réponses sont plus précises et se décomposent en trois domaines :

La politique familiale

  • « la loi de 1975 modifie la définition de la famille pour la mettre en conformité avec la réalité familiale et le nouveau droit positif que nous instituerons […] Le Front de Gauche assume de vouloir réformer le code de l’action sociale et des familles de 1975 toujours en vigueur qui réduit la famille à tout couple marié avec ou sans enfants ou toute famille monoparentale, afin que ce code tienne compte de toutes les nouvelles formes familiales (concubinage, couples homosexuels) avec ou sans enfants. Il y a donc là un travail global de révision de cette loi. »
  • « Le Front de Gauche conçoit la politique familiale en lien avec une politique pour l’égalité en droits de tous les citoyens »
  • « Si le mariage doit selon nous être ouvert pour tou-te-s, par égalité des droits, le PACS reste un cadre de conjugalité à défendre et dont les droits doivent être renforcés »
  • « L’absence, dans la loi, d’un cadre général sur le « second parent » (parent au quotidien) et d’une égalité des droits entre couples, engendre une insécurité juridique et une forme de précarité sociale pour un grand nombre de familles, dommageable au regard de l’intérêt des enfants »
  • « Le Front de Gauche est favorable à l’ouverture de la procréation médicalement assistée pour toutes et tous : célibataires, couples de femmes et personnes engagées dans un projet de coparentalité »

 
La protection sociale

  • « Le Front de Gauche est favorable à l’instauration d’un revenu social à l’enfant et au jeune, dès le premier enfant, en lieu et place des allocations familiales »
  • « Le financement de la protection sociale doit être construit à partir des cotisations sur les salaires, avec une modulation et une contribution nouvelle sur les revenus financiers des entreprises, des banques et des assurances (au même taux que les cotisations employeurs sur les salaires). Aucun recours à la fiscalisation de la protection sociale ne sera opéré par leur financement. »
  • « Nous rétablirons le remboursement intégral à 100 % des dépenses de santé couvertes par la Sécurité sociale en y incluant les lunettes et les soins dentaires. Les mutuelles seront orientées principalement sur les questions de prévention et de réinsertion. Nous supprimerons les forfaits hospitaliers, les franchises médicales et les tickets modérateurs. Nous annulerons les mesures de déremboursement de médicaments ou de soins mises en place par la droite. Nous supprimerons la fiscalisation des indemnités journalières versées aux victimes d’accidents du travail. »

 
Les projets politiques

  • « S’agissant de la petite enfance, nous créerons un véritable service public, mixte, gratuit et de qualité.
  • « Nous engagerons la construction de 200 000 logements publics sociaux par an pendant cinq ans, comprenant un volet spécifique de logements étudiants et pour les jeunes. Ce plan d’urgence sera accompagné d’une politique d’encadrement des loyers dans le secteur privé afin de lutter contre le phénomène de spéculation foncière »
  • « Nous mettrons en place une tarification sociale et progressive garantissant le droit et l’accès de toutes à l’énergie (ainsi qu’à l’eau). Les premières tranches vitales seront gratuites. Nous mettrons fin aux coupures d’électricité qui se multiplient aux dépens des plus pauvres. Nous stopperons la libéralisation et la dérèglementation du secteur de l’énergie en abrogeant la loi NOME. Nous réaffirmerons l’exigence de la maîtrise publique, sociale et démocratique du secteur de l’énergie, seule garante de la transparence, de l’indépendance, de l’expertise et de la qualité des installations et des exploitations. Nous créerons ainsi un pôle 100 % public de l’énergie comprenant EDF, GDF, Areva et Total renationalisé. Ainsi l’énergie sera placée sous contrôle citoyen, seule garantie contre le développement de la précarité énergétique qui touche aujourd’hui 4 millions de nos concitoyens. »

 
A quelques jours du premier tour, il nous paraît important de signaler ces points de convergences à nos adhérents et sympathisants.

Commentaire :
Nous trouvons, dans les réponses du candidat du Front de Gauche, de nombreux points communs avec des positions de l’UFAL défendues depuis de nombreuses années.
Les propositions de politique familiale sont des questions de bon sens liées aux évolutions naturelles de la société.
Dans le domaine de la protection sociale, ces propositions devront être étayées, à l’occasion de la campagne pour les élections législatives par leur volet d’équilibre financier.
Enfin, les projets politiques sont une demande logique des populations mais la disposition des moyens à mettre en oeuvre devra être précisée.
Michel Canet, président de l’UFAL

Partager.