Il faut autoriser la vitrification des ovocytes et travailler à une loi de bioéthique plus progressiste

1

Le Professeur René Frydman a annoncé la naissance des premiers enfants issus d’ovocytes congelés en France, dans son service de l’hôpital Antoine-Béclère de Clamart (AP-HP).
L’UFAL salue cette première française mais regrette que le procédé de vitrification (congélation ultra-rapide) des ovocytes soit malheureusement interdit en France. La méthode actuellement autorisée et qui a donc été employée est la congélation lente, qui est associée à un pourcentage d’échecs plus important.
Alors que sa nécessité est une fois de plus démontrée, l’UFAL ne comprend pas pourquoi le débat parlementaire est constamment retardé pour réviser la Loi de bioéthique. Souhaite-t-on que la France continue à aggraver son retard ?
“Nous n’avons jamais pratiqué de décongélation et de fécondation d’ovocytes ainsi préservés. Je commençais à ressentir un vrai malaise éthique : on promettait à ces femmes la lune alors que nous n’avions aucune expérience”, explique le Pr Frydman au Nouvel Observateur. Il ajoute que “le blocage vient, semble-t-il, d’une interprétation du Conseil d’État selon laquelle, si on faisait de la vitrification sur l’ovocyte, on produirait un embryon pour la recherche, ce qui est interdit”. Il ajoute : “L’Agence de la Biomédecine vient même d’autoriser la vitrification sur les embryons, ce qui revient implicitement à dire qu’il n’y a pas de risques. Pourquoi, alors, ne pas l’utiliser sur des ovocytes ? On marche sur la tête” !
Alors que l’on sait que la vitrification permettrait de réduire le nombre d’embryons congelés, dont le devenir pose plus de problèmes éthiques que celui des ovocytes lorsqu’ils ne sont pas transplantés, elle est empêchée par l’article 2151-5 du Code de la Santé publique qui interdit la recherche sur l’embryon. C’est donc aujourd’hui la recherche et l’innovation médicales pour améliorer les techniques d’assistance médicale à la procréation qui sont freinées faute de révision de la Loi de bioéthique.
L’UFAL demande au gouvernement de lancer sans attendre le débat sur la nouvelle Loi de bioéthique, qui devra explicitement autoriser la vitrification des ovocytes. Le retard de la France est organisé en repoussant sans cesse les débats, cela suffit !

Partager.