Financement public de Civitas : le dossier est entre les mains du ministre du Budget

0

Pour mémoire, l’officine intégriste CIVITAS incite au financement de ses méfaits en sollicitant des dons de la part de particuliers et de sociétés, dons qui bénéficient d’une déduction fiscale sous la forme d’une réduction d’impôt. L’État, et donc l’ensemble des citoyens, finance ainsi CIVITAS en renonçant à percevoir 60 ou 66 % du montant des dons au travers de la réduction des impôts acquittés par les donateurs. Cette possibilité de financement des associations répond à des critères précis : agréments divers et reconnaissance d’intérêt général. Civitas n’ayant aucun agrément particulier, c’est sur la base d’un prétendu caractère d’intérêt général qu’ils émettent des justificatifs fiscaux : ce n’est pas justifiable au vu des actions de Civitas.

Pour cette raison, l’Ufal a lancé une pétition publique, en novembre, pour alerter les citoyens et l’administration fiscale. Cette pétition a recueilli près de 10 000 signatures à ce jour. Forts de ces signatures, nous avons écrit au ministre délégué au Budget, M. Cahuzac, afin de nous assurer que la pétition ne reste pas lettre morte : son Chef de cabinet, Mme Valente, a accusé réception et nous indique que le ministre a prescrit « un examen attentif de ce dossier ».

Il est donc important de continuer à signer et à faire signer au plus grand nombre la pétition afin de montrer l’importance citoyenne de ce dossier :

NOS IMPÔTS NE DOIVENT PLUS SERVIR À FINANCER LES MÉFAITS DE CIVITAS.

Partager.

Comments are closed.