A Paris, reprise du cycle « La République sociale » de l’Université Conventionnelle

1

Après les dix séances de la saison 2009-2010, le cycle « La République, pour quoi faire ? » de l’Université Conventionnelle reprend sur le thème : la République sociale. Les conférences ont lieu au Lycée Dorian, 74 avenue Philippe Auguste, Paris 11e.

Programme des conférences :

– Jeudi 10 février 2011, de 20h à 22h, « La République sociale, voie vers l’émancipation au XXIe siècle », par Bernard Teper.
Les principes laïques et républicains sont au cœur du processus d’émancipation qui est développé en France du siècle des Lumières,  de la Révolution française et de la Ière République jusqu’à la période marquée par le Conseil national de la résistance (de 1943 à la fin des années 1970), en passant par les différentes républiques constituées, la Commune, 1936… La régénération des forces de progrès a constamment succédé aux forces de la régression ; deux guerres et une crise économique majeure n’ont pas pu freiner ce processus au XXe siècle.
Or, depuis une trentaine d’années, la phase qualifiée de turbocapitalisme, corrrespondant à une financiarisation du capitalisme, semble tout détruire sur son passage : l’école, les services publics, la protection sociale, les droits sociaux, le droit au travail, au logement décent, etc.
Quel modèle politique pouvons-nous utiliser pour retrouver le processus d’émancipation ? Le
concept de République sociale qui a pris corps au sein de la IIe République,  s’est affirmé avec vigueur avec Jean Jaurès et ses amis au début de la IIIe. Il réapparaît en 1936, dans le programme du CNR… faisant la preuve de sa capacité d’adaptation sur le temps long.

Quelles en sont les caractéristiques au XXIe siècle ? Quelles ruptures rend-il nécessaires ? Quels en sont les principes opératoires ? Alors que le fossé s’accroît entre les couches populaires et les élites politiques y compris de gauche, pourquoi ce modèle qui répond directement aux besoins et aspirations des couches populaires (ouvriers, employés, représentant 53% de la population française) subit-il tant de résistance de la part des élites politiques ? Alors, on en débat ensemble ?

– Jeudi 10 mars 2011, de 20h à 22h, « Histoire du concept et des pratiques de la République en France », par Jean-Paul Scot.

Jean-Paul Scot interroge le passé politique de la France sous l’angle de la démocratie : la France est-elle encore une République démocratique et sociale ?
« La démocratie sociale et la démocratie politique ne sont pas des soeurs jumelles et ne marchent pas côte à côte, main dans la main ? Les partis socialiste puis communiste ont assuré longtemps la fonction plébéienne de relais politiques des luttes des travailleurs tout en assurant la défense de la République contre le fascisme et le nazisme. Mais les victoires politiques de 1981 et de 1996 se sont traduites par de graves défaites sociales. Pourquoi ? »

La « triple crise » de la démocratie française sera analysée en trois temps :
⁃ le suffrage est-il réellement universel, égalitaire, sincère ?
⁃ la participation est en crise,
⁃ la souveraineté est bafouée par la « démocratie d’opinion ».

– Jeudi 24 mars 2011, de 20h à 22h, « L’égalité des chances par l’école », par Frédéric Dupin.

Autres dates à venir.

Consultez le site de l’Université Conventionnelle.

Partager.