Numéro spécial Manifestation du 19 octobre

0

En prenant ses fonctions de ministre de l’éducation nationale, Xavier Darcos affectait de redonner toute sa place à la transmission des savoirs, c’est-à-dire à l’instruction. La communication organisée autour de la réforme des programmes du primaire pouvait donner l’illusion qu’on allait désormais favoriser un enseignement à la fois élémentaire et progressif. Cela n’était, hélas, qu’un pur effet d’annonce. Le ministre a très vite cédé à ceux qui critiquaient le « retour au fondamentaux » et fustigeaient l’apprentissage de la grammaire. La réduction du nombre d’heures d’enseignement résultant de la suppression du samedi matin ainsi que la suppression de 11 200 postes annoncée pour la rentrée 2008 montrèrent à ceux qui espéraient encore que la politique menée par Xavier Darcos obéissait en fait à une logique purement comptable : il s’agissait moins de redorer le blason terni de l’école publique que d’appliquer à l’éducation nationale la politique de « réduction des coûts » menée par le gouvernement. C’est pourquoi, dès le mois d’avril, l’Ufal lançait une pétition pour dénoncer les mesures prises par le ministre de l’éducation nationale. La réforme du lycée annoncée par Xavier Darcos révèle aujourd’hui dans toute son ampleur l’attaque dont l’école républicaine fait l’objet. Loin de renforcer l’institution scolaire, la politique de Xavier Darcos a en fait pour principal objectif de parachever la destruction de l’école républicaine. Cette réforme vise en effet à transformer le lycée en un vaste marché : les élèves pourront choisir, au gré de leurs envies, des matières qui devront leur survivance au succès qu’elles remporteront. En supprimant le redoublement de la seconde à la première, le ministre affiche le cynisme de sa politique : il s’agit moins de garantir aux élèves les conditions d’une instruction solide que de « gérer les flux » à moindre coût, de la seconde jusqu’au baccalauréat. Consciente de la gravité des conséquences d’une telle « réforme », l’Ufal a accepté de s’associer à l’appel lancé par vingt organisations pour une vaste manifestation le 19 octobre à Paris. Vous trouverez dans ce numéro spécial de la revue du secteur École de l’Ufal le texte de cet appel mais aussi celui du tract que l’Ufal distribuera lors de cette manifestation. Nous vous invitons à le diffuser le plus largement possible : il importe que l’opinion soit informée, et ce d’autant plus que les citoyens risquent bien d’être mis à la rentrée 2009 devant le fait accompli.

Share.

Comments are closed.